Accueil La Newsly Room Un médecin psychiatre condamné à de la prison avec sursis après le...

Un médecin psychiatre condamné à de la prison avec sursis après le meurtre causé par l’un de ses patients

356
PARTAGER
Source : bluebudgie - Pixabay

Il y a 10 ans, en 2008, un jeune homme de 26 ans a été tué à coups de couteau par un patient schizophrène. Ce dernier était suivi par un psychiatre, qui n’a pas partagé la potentielle dangerosité de son patient. Il était poursuivi pour « homicide involontaire ».

Une sentence validée en appel

La cour d’appel de Grenoble a confirmé la peine de 18 mois de prison avec sursis pour le médecin psychiatre du meurtrier schizophrène. La famille a accueilli la nouvelle avec soulagement, désireuse que justice soit rendue pour Luc Meunier, l’étudiant de 26 ans ayant croisé par hasard la route d’un malade mental.

Source : bluebudgie – Pixabay

Il y a 10 ans, Jean-Pierre Guillaud – âgé de 56 ans – a acheté un couteau. Cet homme, souffrant depuis de nombreuses années de psychose délirante chronique, est sorti dans la rue et a poignardé le premier venu. Il était déjà connu des services de police et psychiatriques pour avoir agressé d’autres personnes à l’arme blanche.

Interné, il s’était pourtant enfui plusieurs fois

Jean-Pierre Guillaud était interné au Centre hospitalier de Saint-Egrève, en Isère. Cependant, il avait le droit de se promener sans surveillance dans le parc de l’établissement. En 2008, il s’était enfui très facilement et avait eu le temps de tuer un innocent avant d’être retrouvé par les forces de l’ordre.

Source : WilliamCho – Pixabay

Le Dr Lekhraj Gujadhur, médecin psychiatre du patient, est aujourd’hui âgé de 70 ans. Il n’était pas présent lors du délibéré. Son avocat a partagé sa « déception » à l’annonce du verdict. Me Jean-Yves Balestas pense emmener cette affaire devant la Cour de cassation.

En fin de compte, la condamnation d’un psychiatre hospitalier est une première en France. Elle est également le point de départ d’une nouvelle pratique pour les médecins spécialisés en psychiatrie. Ces derniers devront se montrer plus minutieux et prudents afin d’éviter les drames… et les poursuites judiciaires !

Source :

Europe 1