Cette nouvelle malheureuse nous vient d’Allemagne. C’est au cœur de la capitale, Berlin, qu’un prêtre francophone originaire du Congo a été assassiné dans son presbytère, par une personne qui y logeait. Ce n’est qu’après quelques jours d’enquête que la lumière est semble-t-il en passe d’être faite sur cette sordide affaire. Cette histoire est cependant nettement moins spectaculaire que l’assassinat du père Hamel dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray :

Un corps sans vie

Les faits ont eu lieu au sein du presbytère de la paroisse catholique francophone de Berlin. Celle-ci avait été créée après la seconde guerre mondiale pour les militaires français en garnison à Berlin-Ouest. C’est aujourd’hui une paroisse francophone de référence de la capitale allemande, rassemblant beaucoup de catholiques africains parlant français.

L’abbé Alain-Florent Gandoulou était originaire du Congo. Francophone, il avait été nommé curé à Berlin par les CCFM (Communautés catholiques francophones dans le monde). Ce sont d’ailleurs ces dernières qui ont apporté quelques lumières sur cette affaire par l’intermédiaire de monseigneur Poinard :

Ce prêtre âgé de 54 ans a été retrouvé mort dans son presbytère berlinois, le jeudi 22 février au soir. La police locale a pu intervenir grâce à un appel téléphonique évoquant une dispute bruyante. Tout faisant penser à la survenue d’une altercation violente, une autopsie a été pratiquée sur le corps. La thèse de la mort naturelle a donc été écartée. Les médecins légistes ont établi qu’il s’agissait d’un homicide.

Les éléments de l’enquête

La police allemande n’a que très peu communiqué sur l’affaire. Divers éléments ont cependant fuité. Rbb, une radio publique locale, a indiqué que le meurtre avait eu lieu dans le bureau du curé. Le vendredi 23 février à midi, un individu a été interpellé par les forces de l’ordre. Il a été retrouvé sur un toit d’immeuble.

Le meurtrier serait donc une personne accueillie par l’abbé Gandoulou dans son presbytère. Les derniers éléments, principalement relayés par des sites d’extrême droite, évoqueraient un migrant camerounais de 26 ans, ce qui reste à confirmer. Les motifs de l’altercation ne sont pas encore connus. La suite de l’enquête devrait valider ou infirmer les quelques informations ayant paru pour l’instant dans la presse. Quoi qu’il en soit, le religieux défunt sera enterré à Brazzaville.

Source :

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici