Accueil La Newsly Room Michel Fourniret, ou « l’ogre des Ardennes », avoue deux nouveaux meurtres

Michel Fourniret, ou « l’ogre des Ardennes », avoue deux nouveaux meurtres

300
PARTAGER
Source : Free-Photos - Pixabay

Celui que l’on surnomme encore « l’ogre des Ardennes » et qui purge une peine de prison à perpétuité pour sept meurtres refait surface dans les médias, à l’âge de 75 ans. Pour la famille de Marie-Angèle Domece, une des victimes assassinée en 1988, ces déclarations sont un soulagement.

Rappelez-vous, les premiers aveux remontent à 2004 :

Des crimes datant de plus de 30 ans

Michel Fourniret a donc avoué deux nouveaux meurtres, dont l’un a été commis près d’Auxerre. Le premier est donc celui de Marie-Angèle Domece, dont le corps n’a jamais été retrouvé. À l’époque, elle avait 19 ans. Le deuxième est celui de Johanna Parish, une jeune Britannique de 20 ans, dont le corps, lui, a été découvert le 17 mai 1990.

Pour rappel : Michel Fourniret avait été mis en examen pour ces deux meurtres, malgré l’absence de preuves réellement concluantes. En 2011, la cour d’appel avait ordonné un non-lieu.

Un soulagement, mais un « chagrin qui refait surface »

Selon l’avocate des parents de Marie-Angèle : « C’est la fin d’un parcours pour eux, le début d’une nouvelle phase et, je l’espère pour eux, d’un apaisement. Savoir qui s’en est pris à leur fille, c’est essentiel ».

Cependant, il semblerait que ces derniers restent aujourd’hui très amers, ce que leur avocate explique : « Le chagrin refait surface de façon plus aiguë, mélangé avec l’impression que quelque chose est fini, avec un poids qui s’en va et en même temps une colère parce que ça fait 28 ans que ça dure et il était temps que ça s’arrête ». Cette dernière estime que la justice a perdu du temps, avant de pouvoir confondre l’ogre des Ardennes.

L’avocate conclut : « Il y le sentiment d’un travail pas tout à fait achevé mais qui est sur la bonne voie. Malgré tout, il reste la colère de n’avoir pas été entendus par les magistrats dans nos demandes, puisqu’ils ont même donné un non-lieu ». À l’époque, en 2011, le non-lieu avait été très mal vécu par la famille.

Source :

Europe 1