Accueil La Newsly Room Contrats aidés, compteur Linky, politique vaccinale : ce que préconise la Cour...

Contrats aidés, compteur Linky, politique vaccinale : ce que préconise la Cour des comptes

179
PARTAGER
La Cour des Comptes de Paris. Crédit photo : Wikimedia Commons/TouN, 22 octobre 2005

Les magistrats, après avoir étudié un certain nombre de politiques publiques, ont donné leur avis dans un rapport paru ce mercredi. Voici leurs conseils en ce qui concerne les contrats aidés, le compteur Linky et la politique vaccinale.

Contrats aidés : un dispositif peu efficace

Pour la Cour des comptes, le dispositif des contrats aidés est peu efficace en matière de réinsertion professionnelle. Il doit se focaliser sur des politiques publiques spécifiques et offrir un accompagnement plus concret aux bénéficiaires.

Crédit photo : Pxhere

Ce dispositif né au milieu des années 1980 est censé favoriser un retour à la vie professionnelle. Elle a coûté de 2012 à 2016, près 13,6 milliards d’euros à l’État. Pour justifier sa position, la Cour a cité plusieurs études menées par le ministère du Travail qui étaient loin d’être élogieuses.

Compteur Linky : plus de profit pour Enedis

Le rapport épingle Linky dont le déploiement profiterait plus à Enedis et moins aux consommateurs. En effet, le déploiement des compteurs se fait sous la direction d’Enedis. Ce dernier coûtera plus de 5 milliards d’euros et s’étendra de 2014 à 2024.

Un compteur Linky. Crédit photo : Wikimedia Commons/Ener356, 26 octobre 2015

Pour que les particuliers n’aient pas à subir le coût du déploiement, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a choisi un système de tarif différé. La Cour des comptes, en s’appuyant sur la construction du tarif, pense qu’Enedis gagnera près de 500 millions d’euros.

Une politique vaccinale mal coordonnée et insuffisante

La Cour estime que, pour mettre fin à l’hésitation vaccinale, les mesures prises par les pouvoirs publics ont eu une portée limitée. Cela est dû à une succession de plans inaboutis. La sévérité des politiques vaccinales mises en place ces dernières années est aussi fustigée.

On peut alors comprendre la réémergence de certaines maladies, tel que la rougeole. La Cour des comptes pense aussi qu’il faut une stratégie d’information et de communication sur les vaccins. Les magistrats ont aussi fait des propositions, dont certaines sont en train d’être étudiées par les autorités sanitaires.

Source :

Le Monde