Accueil La Newsly Room Meurtre d’Alexia : les aveux de Jonathann Daval sur le meurtre de...

Meurtre d’Alexia : les aveux de Jonathann Daval sur le meurtre de sa compagne

562
PARTAGER
Jonathann Daval a reconnu le meurtre de sa compagne. Crédit photo : Jarmoluk, Pixabay

Ce mercredi, sur BFM TV, les avocats de Jonathann Daval ont reconnu que leur client avait avoué le meurtre de sa compagne. L’informaticien de 34 ans serait passé aux aveux en suivant les conseils de ses avocats.

Des aveux obtenus face aux éléments accablants

Après avoir nié toute implication dans la mort de sa compagne, ce mardi Jonathann Daval est passé aux aveux. Il a admis avoir tué Alexia, sa compagne. Il est donc écroué et mis en examen pour « meurtre sur conjoint ». Ce mercredi sur la chaîne BFM TV, son avocate Me Ornella Spatafora a complété les informations connues sur les révélations de son client. On apprend ainsi que son client « s’est mis à table » lors de la première audition ce mardi. « Il devenait compliqué de contester certaines choses. Sur nos conseils, il s’est levé vers les enquêteurs et s’est exprimé » a affirmé l’avocate.

Les trois éléments qui ont poussé Jonathann à avouer le meurtre de sa compagne :

Jonathann a dit être soulagé et désolé. Dès le début de sa garde à vue, il était clair que des éléments objectifs et accablants contredisaient sa version des faits. Les avocats de Jonathann ont donc décidé de le pousser à prendre conscience de la situation. Pour Me Randall Schwerdorffer, son second avocat, c’était le moment de dire la vérité au lieu de s’enfoncer dans le mensonge.

Alexia aurait fait vivre des moments difficiles à Jonathann ?

Une fois sa décision prise, il aurait expliqué comment les choses se sont passées. Cependant, il nie toujours avoir mis le feu au corps. Pour Me Schwerdorffer, ce sera au juge d’instruction de se pencher sur cette question, mais Jonathann a exclu la participation d’un complice. Après l’avoir étranglée et tuée sans le vouloir, il avait été dépassé et aurait voulu se donner la mort.

Pour Me Spatafora, la victime était dotée d’une personnalité dominatrice. Elle aurait fait vivre des moments difficiles à son compagnon. Le seuil de tolérance de ce dernier aurait été atteint la nuit du meurtre.

Source :

Le Progrès