Accueil La Newsly Room Deux nouvelles agressions au centre pénitencier de Borgo

Deux nouvelles agressions au centre pénitencier de Borgo

157
PARTAGER
Source : chrisreadingfoto - Pixabay

En Haute-Corse, au centre pénitentiaire de Borgo, deux agents de surveillance ont été blessés à l’arme blanche. Dans un communiqué de presse, la chancellerie de Corse s’est exprimée en ces termes : « Suite à l’agression grave et intolérable dont ont été victimes deux surveillants au centre pénitentiaire de Borgo, Nicole Belloubet tient à exprimer tout son soutien et son attention aux agents agressés ».

Source : Free-Photos / Pixabay

Plusieurs détenus impliqués dans l’agression

Selon les premiers rapports, les surveillants ont été attaqués par plusieurs détenus avec une « arme piquante ». Parmi leurs assaillants, l’un était connu pour être sur la voie de la radicalisation. Les suspects ont rapidement été stoppés et arrêtés par les forces de l’ordre présentes sur place.

Quant aux deux surveillants, ils ont été hospitalisés. L’un d’eux est gravement blessé, mais son pronostic vital n’est pas engagé.

Une agression dans un climat de grande tension

Cette agression survient alors que les surveillants de différents centres pénitentiaires sont en pleine protestation. Ce mouvement a commencé la semaine dernière a Vendin-le-Vieil. D’ailleurs, vendredi dernier, 42 % des établissements pénitenciers de France étaient encore bloqués par les mouvements. Ces derniers se sont créés suites aux nombreuses agressions connus par les surveillants sur leur lieu de travail.

Devant Fleury-Mérogis (prison connue comme étant l’une des plus grandes d’Europe), plus de 150 salariés se sont rassemblés pour protester. La foule a d’ailleurs été dispersée suite à l’intervention de la police, laquelle a fait usage de gaz lacrymogène. Les protestations se sont cependant « calmées » le temps de négociations avec la chancellerie. Plusieurs grands points sont actuellement en débat : « Les effectifs, la sécurité des agents, la gestion des détenus radicalisés ou violents, l’autorité des personnels et la reconnaissance des métiers ».

Source :

Liberation