“Toi, j’vais te baiser” : cet homme a eu une réaction salvatrice

117
1
PARTAGER
Toi, j'vai te baiser, récit métro harcèlement

Alors qu’il prenait le métro toulousain, un blogueur a sauvé une jeune femme victime de harcèlement sexuel. Son témoignage est devenu viral.

“De loin, on aurait pu penser que c’était un jeune couple en train de se disputer”, écrit Vincent Lahouze dans un billet sur son blog.

Sur celui-ci, le jeune homme de 28 ans affirme avoir été témoin d’une agression. Les faits se sont déroulés en avril dernier, et son récit a été partagé plus de 100.000 fois sur Facebook. Vincent raconte qu’il est assis dans le métro :

« J’étais là, occupé à observer mes compagnons de voyage de quelques minutes quand je les ai vus, à l’autre bout, contre la vitre. De loin, on aurait pu penser que c’était un jeune couple en train de se disputer. L’homme se tenait à quelques centimètres de la jeune femme, la main sur son poignet et il semblait être parti dans un long monologue pour la convaincre de rester. J’essayais d’imaginer ce qu’il avait bien pu faire pour qu’elle l’ignore à ce point. Sûrement une histoire de tromperie. C’est ce que j’ai cru, au début. Mais quelque chose dans le regard de l’homme m’a fait changer d’avis.

Alors, je me suis approché de quelques mètres, tout doucement. La jeune femme avait le visage tourné vers la vitre, elle semblait tétanisée. Je me suis approché encore, pour écouter ce que l’homme lui disait, collé à elle.

“Toi j’vais te baiser tu sais oh oui j’vais te baiser salement et tu vas aimer ça hein bien sûr que tu vas aimer ça mmh allez t’écoutes ce que j’dis petite pute réponds petite salope j’sais que tu en as envie je l’ai vu dans ton regard de petite chienne en chaleur fallait pas porter une jupe si t’es pas intéressée ouais toi j’vais te baiser…”

La jeune femme ne disait rien, le regard fixé sur son reflet, sans sourire, pétrifiée. »

« Réagis putain ! »

Mais comment réagir face à une telle situation ? Il raconte alors comment il s’est mis à tergiverser :

« Que faire, détourner le regard, (réagis) se persuader qu’ils sont en couple, (réagis), que ce ne sont pas mes histoires, partir, prendre le métro suivant, (réagis) après tout, je ne suis pas à quelques minutes près, (oui mais la jeune femme ne semble pas bien aller du tout) je vais descendre, je ne vais pas m’en mêler, (RÉAGIS PUTAIN). C’est fou comme la peur nous paralyse dans ces moments-là, vraiment. »

Surmontant sa peur, Vincent Lahouze a alors une réaction parfaite :

« Je me suis assis à côté d’eux et tout en croisant le regard de la jeune femme, je lui ai dit, “Hey Camille! Ça faisait un bail que je ne t’avais pas vue! Comment ça va, ma cousine? puis me tournant vers l’homme, avec un grand sourire, je ne vous dérange pas, j’espère ?”. »

Cette scène de comédie et ces quelques mots ont suffit à dissuader l’agresseur :

« L’homme a immédiatement retiré sa main, comme si les fils de sa marionnette venaient de se couper, comme s’il venait de se brûler au contact de la peau de la jeune femme. Sans un regard, il s’est levé, et il est sorti de la rame sans se retourner. »

Affiche RATP contre le harcèlement de rue

Campagne contre le harcèlement dans les transports – Stop harcèlement de rue

Inspiré par un projet féministe

À la suite de son récit, Vincent précise qu’il “a écrit ce texte pour donner encore un témoignage de plus sur le harcèlement de rue, dans les transports en commun, pour montrer que cette oppression sur les femmes n’est pas un mythe.” Il précise aussi : “Je n’ai pas écrit ce texte dans le but de me glorifier pour un acte citoyen qui devrait être quelque chose de banal. J’ai écrit ce texte pour montrer qu’avec quelques mots, on peut renverser une situation, on peut intervenir et ne pas regarder une agression se dérouler sous nos yeux sans rien faire.”

Le blogueur ajoute que c’est sur la page Facebook Paye Ta Shnek qu’il a appris cette technique de diversion. Il était tombé sur un post deux jours auparavant (ci-dessous) dans lequel une jeune femme racontait comment un inconnu lui était venu en aide, se faisant passer pour son compagnon. Paye Ta Shnek est un projet participatif féministe, qui lutte contre le harcèlement sexiste dans les lieux publics que subissent les femmes de tous genres, de la part d’hommes.

Un nouveau témoignage d'intervention qui fait du bien ! Si nous réagissions tous-tes, il y aurait moins de place pour…

Publié par Paye Ta Shnek sur mardi 19 avril 2016

Il cite également le blog Projet Crocodiles qui raconte des histoires de harcèlement et de sexisme ordinaire sous forme de bandes dessinées.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "“Toi, j’vais te baiser” : cet homme a eu une réaction salvatrice"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Mario
Invité

Et bien voilà…si tous les gars se passaient le mot pour faire ce genre d’intervention, beaucoup de femmes seraient sauver par la cloche comme on dit !!! Je suis bien d’accord pour avoir une réaction de ce genre pour aider le plus de femmes possible et de toute façon, de nos jours, il y a aussi des hommes qui se font harceler, j’avoue que ce sont quand même les femmes qui y goûtent le plus, même si cela ne devrait pas exister, je trouve que c’est bien triste ce genre de comportement !!!