Les coûts du solaire et de l’éolien chuteront de moitié d’ici 2025

37
0
PARTAGER

Les coûts de l’électricité solaire et éolienne devraient chuter de 26 % à 59 % dans moins de 10 ans selon l’agence internationale des énergies renouvelables.

Dans un rapport intitulé « The Power to Change: Solar and Wind Cost Reduction Potential to 2025”, l’IRENA (Agence internationale de l’énergie renouvelable) estime que d’ici 2025, les coûts moyens de l’électricité produite pourraient baisser de 59 % pour le solaire photovoltaïque , de 43 % pour le solaire thermodynamique à concentration, de 39 % pour l’éolien en mer , et de 26 % pour l’éolien terrestre . Le rapport annonce que d’ici 2025, les prix du solaire et de l’éolien terrestre convergeront autour de 0,05 à 0,06 $ par kWh.

« Les coûts du solaire et l’éolien ont déjà fortement baissé ces dernières années, et cette tendance va se poursuivre grâce aux évolutions technologiques et aux forces du marché », annonce Adnan Z. Amin, directeur général de l’IRENA. « Le solaire et l’éolien sont déjà les sources d’énergie les moins coûteuses dans de nombreux marchés à travers le monde, et les nouvelles baisses de coûts attendues vont encore renforcer la compétitivité des renouvelables par rapport aux énergies fossiles. »

À lire aussi : L’énergie éolienne est désormais aussi peu chère que le gaz naturel

L’étude souligne en effet que depuis 2009, les prix des modules solaires photovoltaïque ont chuté d’environ 80 %, et ceux des turbines éoliennes de 30 à 40 %.

Accroître le potentiel économique des technologies renouvelables

Pour l’IRENA, les réductions effectives des coûts de ces technologies vont dépendre de plus en plus des coûts « BOS » (« balance of system », c’est à dire les coûts autres que ceux des panneaux solaires, tels que ceux des onduleurs, systèmes en racks, systèmes de fixation, et des travaux de génie civil), des innovations technologiques, des coûts opérationnels et de maintenance, et de la performance dans la gestion des projets.

« Pour accélérer la transition énergétique, l’attention des législateurs doit maintenant se porter davantage sur les domaines qui permettront de faire encore baisser les coûts, et ainsi d’accroître encore le potentiel économique des technologies renouvelables », estime Adnan Z. Amin.

Pour mémoire, Bloomberg New Energy Finance a récemment estimé que le coût des grandes centrales solaires, qui a déjà baissé jusqu’à 4 cents de dollars par kWh dans certaines régions, pourrait encore baisser à 3 cents d’ici 2040, et qu’à cet horizon, les système solaires de toiture pourraient voir leur coût baisser aux alentours de 4 cents. BNEF estime que les renouvelables assureront 70 % de la production électrique en Europe en 2040 .

Crédit photo principale : Pixabay – jniittymaa0