Grâce à l’économie collaborative, vous allez voir qu’organiser Noël est un jeu d’enfant

Noël approche, c’est bientôt le temps des cadeaux, du Père Noël, de la bûche et des dîners en famille au coin du feu. Noël est la célébration la plus attendue par les français de tous âges, synonyme de retrouvailles familiales et de bon repas dans la bonne humeur, mais pas que. Noël est aussi un énorme enjeu commercial, une course à la consommation effrénée dès le mois d’octobre dans les magasins, où chaque année, un peu plus de produits et de gadgets envahissent les rayons et amaigrissent notre porte-monnaie.

Beaucoup de personnes vivent mal cette période, assaillies par le stress, la pression de vouloir bien (trop ?) en faire et finissent par se gâcher la joie de Noël. En cette ère où l’économie collaborative dite aussi “sharing economy” que l’on utilise tous dans notre quotidien avec le covoiturage, les sites de vente entre particuliers, etc. la grande course à la consommation a perdu de son sens, alors cette année, pourquoi ne pas placer les fêtes de Noël sous le signe de la “sharing economy”, et ne garder que le meilleur de cette célébration, sans la fièvre acheteuse ! Voici un planning “avant Noël” pour tout gérer sans se prendre la tête:

À lire aussi : Les 7 tendances “lifestyle” de l’économie collaborative

Mois – 1 : Choix du lieu de réunion, c’est chez qui cette année ?

Comme chaque année, c’est la même chanson: c’est ceux qui reçoivent qui s’y collent, des amuses-gueules à la bûche, et du coup personne ne veut plus se proposer. Chez moi on tient à 4 mezzanine comprise, alors cette année, j’ai trouvé la solution, on va louer sur Airbnb une grande maison ou bien un gîte, à mi-chemin de chez tout le monde, comme ça chacun apporte un plat, on partage les frais et ça sonne comme des minis-vacances en famille !

J-20 : Choix du menu

Bon, restons calme, mais avec cette idée de “chacun amène un plat” il faut quand même s’accorder sur le menu, entre une conversation à 32 sur Facebook, les textos de mes cousines et les appels de Mamie, j’ai du mal ! On y arrive quand même, je me charge du dessert, mais comme je n’ai pas de robot pâtissier, j’en loue un sur zilok.com et je craque aussi sur une machine à bulles pour les enfants ça les occupera avant d’ouvrir les cadeaux, à 15€ la journée de location, on ne va pas se priver !

menu de Noël, dîner

Crédit photo: Pixabay – PublicDomainPictures

À lire aussi : Où fêter Noël pendant les vacances de fin d’année ?

J-15 : opération Père Noël: objectif cadeaux

Courir les centres commerciaux à l’approche de Noël, c’est comme tenter d’entrer chez H&M le jour où la collection Balmain est sortie: SURTOUT PAS MALHEUREUSE TU VAS Y LAISSER TA PEAU ! Alors cette année je chouchoute ma santé mentale, et je shoppe mes cadeaux sur Etsy, jolis bijoux de petits créateurs locaux, ou bien je les fabrique moi-même grâce à des tutos Do It Yourself trouvés sur Pinterest, à moi l’atelier poterie et couture !

À lire aussi : Comment emballer ses cadeaux de Noël en 10 secondes ?

J-8 : Gestion de crise étape 1: la décoration

Ma cousine au bout du fil, elle panique de ne pas pouvoir accomplir sa mission: apporter la décoration de table et le sapin qu’on fera avec les enfants l’après-midi, car elle est débordée et s’est cassée trois ongles, ok. Donc deux clics plus tard, je lui trouve quelques annonces sur LeBonCoin, des lots de décoration super chouettes, en bon état et prêts à vivre une seconde jeunesse, sans passer par la case magasins le samedi après-midi. Mission accomplie, crise dissipée, RAS.

À lire aussi : 30 idées déco originales à faire soi-même pour Noël

J-3 : les courses pour le festin

Rendez-vous avec ma mère et mes oncles dans l’AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne) où je m’approvisionne habituellement, pour acheter dinde, truffes, œufs, légumes et fruits confits, directement aux producteurs, chacun a préparé sa liste en ligne et on vient récupérer notre butin. Je me suis même payée le luxe d’aller moi-même cueillir les pommes et les poires pour mon dessert, dans une ferme-cueillette, l’amour est dans pré à temps partiel quoi.

Christkindelsmärik, Marché de Noël de Strasbourg

Crédit photo: Flickr – Tristan Schmurr

J+2 : 3 kilos en plus et des cadeaux… assez spéciaux sur les bras

Comme tout le monde n’a pas mon goût et mon discernement, je me retrouve avec le gilet du Père Noël est une ordure et les moufles assorties, génial. Est-ce que quelqu’un aura l’idée saugrenue de me les échanger contre quelque chose que je pourrai assumer la lumière allumée sur gchangetout.com ? OUI ! Ce monde est génial !

À lire aussi : Les 17 meilleurs marchés de Noël d’Europe

J+3 : 43 tartelettes de Noël à ramener chez moi

Comme chacun a contribué au repas, chacun a pu ramener une part des restes à la maison. Sauf que moi, dès le 26 décembre, c’est régime jus de chou-fleur et tisane de pissenlit, alors les 43 tartelettes, je les revends (car elles sont encore délicieuses) sur super-marmitte.com, site de vente de plats cuisinés maison entre particuliers, c’est quand même mieux que de les jeter et j’ai gagné quelques euros, pour ma cagnotte de l’année prochaine !

Vive le vent d’hiver et vivement Noël prochain, j’ai repéré une yourte dans les Pyrénées, tout le monde va A-DO-RER, enfin… je crois.

Crédit photo principale : Pixabay – kaboompics

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


2 Commentaires

  1. J-25 : comme mes bagages seront bien pleins pour rejoindre la famille à Noël, je commence dès maintenant à organiser le transport des cadeaux encombrants… Pour faire des économies, je pense à la Sharing Economy : je vais profiter du trajet d’une personne qui voyage pour lui confier quelques colis. Je dépose une annonce sur Cocolis et j’attends qu’on me contacte !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici