Voici la première tortue de mer fluorescente jamais découverte

179
PARTAGER
tortue imbriquée fluorescente

Une tortue fluorescente découverte dans les îles Salomon, en Océanie

Une tortue imbriquée (ou tortue à écailles) fluorescente a été repérée près des îles Salomon en Océanie, et est supposée être le premier reptile connu à présenter de la biofluorescence, la capacité d’absorber la lumière, puis de la réémettre d’une autre couleur (surtout sous l’eau), le plus souvent en vert, rouge, ou orange. Cela n’a donc rien à voir avec les espèces bioluminescentes comme les lucioles par exemple, qui produisent leur propre lumière.

Découverte par le biologiste et explorateur du National Geographic David Gruber de l’Université de la ville de New York, la tortue incroyablement rare a été filmée réfléchissant en rouge et vert la lumière bleue du biologiste. Vous pouvez voir l’exclusivité des images du National Geographic ci-dessous.

“J’étudie ces tortues depuis longtemps et je crois que personne n’a encore vu ça”, témoigne Alexander Gaos, directeur de l’initiative pour la protection des tortues à écailles du Pacifique-Est, qui n’a pas participé à la découverte. “Ceci est vraiment incroyable.”

À l’heure actuelle, les scientifiques ne sont pas trop sûrs de ce qui cause cette biofluorescence. Après avoir joué avec la lumière pendant quelques minutes, la tortue s’est éloignée et Gruber ne l’a pas poursuivie; les tortues imbriquées sont l’une des espèces les plus menacées et protégées dans le monde, ce qui les rend très difficiles à étudier.

Mais quand il a parlé aux locaux de ce qu’il avait vu, ils lui ont montré plusieurs tortues imbriquées en captivité, et elles brillaient toutes avec la même biofluorescence, réémettant une lumière rouge (sur la vidéo, la tortue émet une lumière jaune à cause du filtre jaune installé sur la caméra pour filmer les organismes fluorescents dans cette couleur). Cela laisse à penser que c’est peut-être plus fréquent qu’on ne le pensait.

tortue imbriquée

Une tortue imbriquée avec ses couleurs naturelles – Crédit photo: Flickr – MagicOlf

Ce que nous savons est que la biofluorescence a uniquement été observée chez les poissons et les coraux avant cela, mais a seulement vraiment été étudiée dans la dernière décennie, il y a donc encore beaucoup à apprendre. La biofluorescence est généralement utilisée pour trouver et attirer des proies ou pour se défendre, voire communiquer. Mais dans ce cas il s’agirait plutôt d’une stratégie de camouflage pour la tortue imbriquée, qui est célèbre pour sa furtivité. Après tout, les récifs environnants brillent tous aussi.

Gruber a déclaré au National Geographic que le rouge sur les tortues pourrait bien être causé par les algues, qui poussent sur leur carapace et servirait de camouflage. Mais il croit que la lueur verte provenait définitivement de la tortue elle-même, qu’il décrit dans la vidéo comme un “OVNI” qui est apparu de nulle part.

L’étape suivante est de savoir si des tortues possèdent également la même capacité dans d’autres habitats, et d’essayer de comprendre comment elles sont capables de briller, d’un point de vue chimique. Les molécules fluorescentes de la tortue sont-elles fabriquées par l’animal ou bien absorbées dans sa nourriture ?

Malheureusement, il est peu probable de rechercher la capacité chez la tortue imbriquée. “Ce serait assez difficile d’étudier cette tortue parce qu’il en reste si peu et elles sont tellement protégées”, a déclaré Gruber. Mais il a suggéré qu’ils pourraient être en mesure d’étudier la biofluorescence sur la tortue verte, légèrement plus courante, et étroitement liée.