Les algocarburants sont des biocarburants de “troisième génération”, potentiellement capables de remplacer les biodiesels

Quand les scientifiques se pressent autour d’une piscine à l’eau couleur verte émeraude et regardent dans ses profondeurs, ils prédisent un avenir joyeux et vert pour le monde. Mais il ne s’agit pas de Nostradamus. Il s’agit de Scenedesmus . C’est une algue, mais dans les yeux des scientifiques, c’est surtout une source potentiellement abondante de biocarburant.

Scenedesmus est un genre de micro-algues mesurant environ 20 micromètres (un micromètre étant un millionième de mètre). Elle se trouve dans une piscine d’une installation située à Ishii , dans la préfecture de Tokushima au Japon, et a été produite par une équipe de chercheurs. Alors que diverses sources d’énergies renouvelables continuent d’attirer l’attention internationale, un certain nombre d’entreprises, institutions et projets gouvernementaux japonais espèrent que Scenedesmus fasse partie des solutions aux besoins en carburant de la planète.

Scenedesmus

Ces microalgues ont la capacité de produire du pétrole en consommant du dioxyde de carbone dans la mesure où elles disposent de sources de lumière solaire constante et d’eau. La piscine de Scenedesmus à Ishii, qui comprend 20 mètres carrés de plan d’eau, peut théoriquement produire un maximum quotidien de 0,2 litres de biocarburant dans des conditions météorologiques appropriées.

algue, Scenedesmus

Scenedesmus – Crédit photo: Wikimedia – Environmental Protection Agency

Sachio Nishio, un professeur d’agriculture à l’Université de Shikoku, effectue des recherches sur les biocarburants à partir d’algues depuis environ 10 ans. Selon lui, Scenedesmus est suffisamment forte pour résister à un large éventail de températures, de 0 à 40 degrés. Jusqu’à 50% de la masse de l’organisme est du pétrole et, théoriquement, Scenedesmus peut se multiplier par plus de deux fois en 24 heures.

La production à grande échelle à faible coût devenue une possibilité, de nombreuses sociétés prennent le train en marche de l’algocarburant.

Botryococcus

IHI Corporation, une entreprise d’industrie lourde, a construit une installation de 1500 mètres carrés à Kagoshima plus tôt cette année. Commissionnée par l’Organisation pour le Développement des Énergies Nouvelles et des Technologies Industrielles (NEDO), l’installation a été établie comme l’une des plus grandes usines de production d’algues du pays. La société cultivait des algues dans un établissement à Yokohama pour des tests, mais a décidé d’ériger la nouvelle installation dans le sud où le climat plus chaud et l’exposition au soleil plus longue offrent un environnement idéal pour la production en masse d’algues.

algue, Botryococcus

Botryococcus – Crédit photo: Wikimedia – NEON

Botryococcus est cultivée dans l’usine de Kagoshima. C’est une micro-algue mesurant quelques micromètres. Une souche, qui peut fournir 50% ou plus de sa masse en pétrole, a été choisie après que la compagnie ait consulté Taira Enomoto, un professeur de biologie à l’Université de Kobe. L’algue est également connue pour afficher une forte résistance aux infections.

“Ce qui est important est que nous avons pu établir une méthode de base qui nous permet de cultiver les algues en plein air facilement et un minimum de supervision”, a déclaré Tsutomu Narikiyo, directeur général adjoint du développement commercial de IHI. Un hectare de culture d’algues est capable de produire 137.000 litres de pétrole par an, selon des données recueillies à l’étranger. Botryococcus est capable de produire deux à dix fois plus de pétrole comparé à la noix de coco, une source importante de biocarburant, selon IHI.

Pseudochoricystis

Le géant équipementier automobile Denso développe actuellement des méthodes pour produire Pseudochoricystis, une algue connue pour sa résistance aux germes et au taux de reproduction élevé. La société, basée à Kariya, dans la préfecture d’Aichi, prévoit la création d’une technologie pour la récolter en tant que biocarburant d’ici 2018.

Euglena

Euglena est cultivée par la bien nommée Euglena Co., une start-up basée à Tokyo. Celle-ci cultive les algues en phase de test sur l’île Ishigaki-jima.

Crédit photo principale : Flickr – Steve Jurvetson

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici