Le patron du groupe Volkswagen Martin Winterkorn dépose sa démission

Martin Winterkorn, le PDG de Volkswagen, a démissionné selon la chaîne CNBC . Cette décision survient après le scandale qui a éclaté, et selon lequel la société aurait utilisé un logiciel installé sur 11 millions de véhicules dans le monde afin de tricher lors des tests de contrôle des émissions de gaz polluants par l’US Environmental Protection Agency (EPA).

Le constructeur automobile allemand a déclaré hier qu’il mettait de côté 6,5 milliards d’euros pour couvrir les coûts associés à ce problème. Nous avons vu qu’il en faudra bien plus au constructeur allemand pour faire face à cette crise dont l’ampleur est inédite.

Juste après que les scandales aient éclaté les uns après les autres, Martin Winterkorn a publié un communiqué sur le site de Volkswagen :

“Je suis choqué par les événements de ces derniers jours. Par-dessus-tout, je suis abasourdi qu’une faute professionnelle à un tel niveau ait été possible au sein du Groupe Volkswagen.

En tant que PDG, je prends la responsabilité des irrégularités qui ont été trouvées pour les moteurs diesel et ai ainsi demandé au Conseil de Surveillance d’accepter ma démission en tant que PDG du Groupe Volkswagen. Je le fais dans l’intérêt de l’entreprise bien que je ne sois pas conscient d’avoir commis des erreurs.

Volkswagen a besoin d’un nouveau départ – également au niveau de son personnel. Je fais le premier pas de ce nouveau départ avec ma démission.

J’ai toujours été porté par mon désir de servir cette entreprise, particulièrement nos clients et nos employés. Volkswagen a et sera toujours ma vie.

Le procédé de clarification et de transparence doit continuer. C’est la seule façon de regagner la confiance. Je suis convaincu que le Groupe Volkswagen et ses équipes surmonteront cette grave crise.”

Hasard du calendrier, le contrat de Winterkorn devait être renouvelé ce vendredi, mais le vent a clairement tourné contre lui cette semaine. Il est possible, sinon probable, que d’autres hauts responsables vont quitter la société actuellement prise à la gorge par ce scandale qui ne cesse de croître.

L’EPA indique que les automobiles sont équipées d’un logiciel qui coupe le mécanisme de contrôle des émissions en circulation normale, et l’active en cas de test d’émission. Dans le cas de Volkswagen, les voitures incriminées dégagent, dans une utilisation classique, un taux d’oxyde d’azote (NOx) 10 à 40 fois supérieur à ce qu’autorise la législation américaine. Ces actions pourraient être considérées comme une violation du Clean Air Act – une infraction qui pourrait entraîner une peine maximale de 18 milliards de dollars aux États-Unis seulement, les sanctions pénales non comprises. En bourse, l’action Volkswagen a déjà perdu beaucoup de sa valeur .

Le logiciel de manipulation concerne 482.000 voitures aux Etats-Unis, dont les modèles de 2009 à 2015 de la Jetta, Beetle, Golf et Audi A3, ainsi que ceux de 2014 et 2015 de la Passat.

Crédit photo principale : Wikimedia – Volkswagen Sweden

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici