En Inde, la pollution de l’air de New Delhi sera un cause de mortalité importante d’ici 10 ans

L’air toxique de New Delhi est susceptible de causer plus de 30.000 décès en 2025, faisant de la capitale de l’Inde la plus meurtrière parmi les villes les plus polluées du monde, prédit une étude menée par l’institut Max-Planck de chimie en Allemagne. Mais Delhi n’est pas la seule ville dans ce cas.

En 2050, la détérioration de la qualité de l’air dans quelques-unes des plus grandes villes de l’Inde (Delhi, Mumbai et Calcutta) pourrait tuer plus de 130.000 personnes. Aux niveaux actuels, Calcutta serait la plus meurtrière, avec ses niveaux de pollution de l’air à l’origine de 54.800 décès en 2050. New Delhi serait alors la deuxième plus pire.

morts pollution air

L’échelle de couleur représente l’augmentation du nombre de décès dus à une pollution de l’air: blanc (aucune augmentation); rouge (9000 morts ou plus par an) – Crédit photo: Institut Max-Planck

“Nous constatons que les émissions provenant de la consommation d’énergie dans les logements, comme le chauffage et la cuisine, courante en Inde et en Chine, ont le plus grand impact sur la mortalité précoce au niveau mondial”, a noté une équipe dirigée par Johannes Lelieveld, directeur à l’Institut Max Planck de chimie.

Qualité de l’air terrible

L’impact le plus fréquent sur la santé de cette qualité d’air terrible, selon l’étude, comprend la maladie pulmonaire obstructive chronique, les infections aiguës des voies respiratoires inférieures, la maladie cérébrovasculaire, la cardiopathie ischémique et le cancer du poumon.

En Inde, les combustibles utilisés pour produire de l’énergie dans les foyers semblent être la cause principale de la détérioration de la qualité de l’air. “Notre étude indique que la consommation d’énergie dans les logements est la principale source, pratiquée par de nombreuses personnes à la fois dans l’environnement urbain et rural en Inde”, a déclaré Lelieveld au journal Times of India . “C’est une forme inefficace de combustion de biocarburants qui provoque beaucoup de fumée et est la principale source de mortalité prématurée par la pollution de l’air intérieur et extérieur en Asie.”

En Mars de cette année, Greenpeace avait rapporté que la quantité de particules polluantes PM2.5 (des particules fines ou gouttelettes dans l’air) à Delhi était 15 fois plus importante que la recommandation annuelle de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Par ailleurs, en mai dernier, l’OMS a déclaré que Delhi était la ville la plus polluée au monde avec la plus forte concentration de PM2.5, qui affecte directement le système respiratoire.

Selon une enquête menée par le journal Indian Express en avril de cette année, la ville avait un niveau extrêmement élevé de particules en suspension “respirables” (RSPM). Les “RSPM” sont de minuscules particules toxiques, produites par les véhicules et lors de la combustion dans les industries, qui causent d’importants troubles respiratoires.

Crédit photo principale : Flickr – Ville Miettinen

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici