Le Sénat fixe un prix minimum pour les boissons vendues en “happy hours”

Les “Happy Hours” ne seront bientôt plus si “happy” que cela ? En effet, cette période d’une ou plusieurs heures où les bars et cafés vendent des boissons alcoolisées à des tarifs avantageux, pourrait être encadrée dans le cadre de la loi Santé de Marisol Touraine. Les sénateurs ont ainsi voté en faveur d’un encadrement de la pratique promotionnelle des “Happy Hours”.

Les tarifs attractifs proposés par les bars pousseraient les jeunes à boire plus, comme pratiquer le “binge drinking” (ou “biture express”), qui est évidemment très dangereuse pour la santé des consommateurs.

À lire aussi : Les 20 pays où l’on boit le plus d’alcool

Les sénateurs ont donné leur accord pour qu’un seuil maximum de réduction soit instauré. Plutôt que de diminuer le prix de moitié d’une boisson pendant les “Happy Hours”, ce seuil correspondra à une fraction du prix de vente originel, comme par exemple de 30% tout au plus. Autrement dit, une pinte de bière vendue 7 euros ne pourra pas passer sous la barre des 4,90 euros pendant les “happy hours” (pour l’exemple d’un seuil fixé à 30%).

Cette mesure a pour but, pour ses défenseurs, de décourager les jeunes consommateurs de consommer de nombreux verres dans les bars. En effet, les sénateurs déclarent dans l’amendement adopté que l’article 4 du projet de loi de modernisation de notre système de santé “vise à renforcer les moyens de lutter contre les nouvelles pratiques de la jeunesse en matière d’alcoolisation massive”.

À lire aussi : Les yeux bleus en relation avec la dépendance à l’alcool ?

En revanche, ses détracteurs avancent que la mesure aggraverait le problème. En effet, plus de 85% de l’alcool consommé en France est acheté dans les supermarchés. De plus, “le binge drinking ne se pratique pas dans les bars”, relève Nicolas Buonomo, coordinateur de Fêtez Clairs , un dispositif visant à prévenir les comportements à risque en soirée. Limiter les tarifs des “happy hours” risquerait, pour les opposants à l’amendement, d’encourager les jeunes à boire encore plus d’alcool, de moins bonne qualité, chez eux.

À lire aussi : Les quatre catégories de buveurs d’alcool selon la science

Crédit photo principale : Flickr – leigh wolf

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


1 COMMENTAIRE

  1. “Plutôt que de diminuer le prix de moitié d’une boisson pendant les « Happy Hours », ce seuil correspondra à une fraction du prix de vente originel, comme par exemple de 30% tout au plus.”

    Parceque la moitié du prix d’une boisson ne correspond pas à une fraction du prix de vente originel? ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici