Des agents de police mettent en cage des réfugiés et leur jettent de la nourriture

Des images vidéo capturées dans un camp de réfugiés improvisé à Röszke, en Hongrie, près de la frontière serbe, montre la police jetant de la nourriture à une foule chaotique de réfugiés enfermés à l’intérieur d’une clôture grillagée.

Vous pouvez voir la vidéo complète ici .

L’incident a été filmé par une Autrichienne, Michaela Spritzendorfer-Ehrenhauser, qui a déclaré que les réfugiés ont été traités “comme des animaux”. Les officiers visibles dans la vidéo semblent porter des masques chirurgicaux et des protections en plastique au visage. La vidéo date du mercredi 9 septembre, et a été prise après que 2700 réfugiés ont traversé la frontière la nuit précédente.

À lire aussi : Hongrie: une camerawoman virée pour avoir volontairement fait trébucher des migrants

Peter Bouckaert est le directeur des urgences de Human Rights Watch :

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a prévenu mardi que la Hongrie faisait face à un afflux de 42.000 migrants dans les prochains jours, et appelle à l’aide internationale pour accueillir ces gens dans le besoin. Human Rights Watch rapporte que les conditions dans le camp de Roszke, où les gens sont détenus pour un contrôle conformément à la législation de l’UE, sont inhumaines: “les détenus sont gardés dans des tentes à l’intérieur d’enclos en plein air créés par des clôtures métalliques, souvent dans des conditions de promiscuité avec une literie et un espace insuffisants pour le nombre de personnes détenues dans les enclos.” Ils reçoivent à peine suffisamment de nourriture, et quand c’est le cas, ils ne sont pas informés si elle est halal ou non pour les musulmans.

Un réfugié décrit le camp:

“Lorsque nous avons traversé en Hongrie, la police nous a envoyé dans un camp qui était très sale, comme un lieu pour les animaux. C’était un camp fermé et les conditions étaient horribles. Lorsque des personnes ont tenté de fuir, elles furent ramenées. Nous avons dormi pendant deux jours à l’extérieur sur des serviettes. Personne n’a pris des dispositions spéciales pour les bébés, ils ne nous ont pas donné de lait et ils nous ont très mal traités. Ils nous ont parlé brutalement, et ils nous ont traités de façon très inhumaine, comme si nous étions des esclaves.”

Un porte-parole du gouvernement hongrois a déclaré à Reuters que la police enquêtait sur l’incident, mais a défendu le comportement des agents:

“Je peux voir des policiers qui exercent leurs fonctions depuis des mois, en essayant de prendre soin de 23.000 migrants arrivant en continu jour après jour alors qu’il n’y a aucune coopération que ce soit de leur part”, a déclaré Zoltan Kovacs. “Je peux voir qu’ils essaient de maintenir l’ordre parmi ceux qui sont incapables de faire la queue pour de la nourriture.”

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici