Crise des migrants: la photo d’un enfant noyé sur une plage turque fait la Une des journaux aujourd’hui

Le corps sans vie d’un petit garçon gisait sur le sable humide d’une plage mercredi matin tandis que le soleil se levait sur Bodrum, une station balnéaire en Turquie. Des vagues venaient lécher les cheveux noirs de cet enfant vêtu d’un T-shirt rouge, un jean bleu et de petites baskets trempées par l’eau de mer. Ce petit garçon est mort noyé dans le naufrage de deux embarcations transportant des Syriens, et il se trouve échoué les bras tendus le long de son corps et son visage repose dans le ressac.

Cette image a été publiée par de nombreux journaux européens et notamment par le quotidien britannique The Independent . Ce dernier s’interroge : “Si cette image ne modifie pas l’attitude de l’Europe face à la crise des migrants, qu’est-ce qui le fera ?” Une photo symbole pour alerter sur le sort des migrants.

À elle seule, cette image résume la crise des migrants qui est aux portes de l’Europe.

Ce garçon était avec au moins 11 personnes qui se sont noyées et cinq autres portées disparues mercredi après que deux bateaux, transportant des migrants et des réfugiés vers l’Europe, ait chaviré en eaux internationales. Des milliers avant eux ont parcouru la distance relativement courte de la plage turque à l’île grecque de Kos.

Ils faisaient une tentative désespérée pour rejoindre une nouvelle vie avec la connaissance bien réelle qu’ils pourraient ne jamais le faire en toute sécurité. Ce groupe d’hommes, de femmes et d’enfants n’est jamais arrivé à destination.

Les autorités turques ont tiré le corps du petit garçon de la plage, avec les corps de ceux qui se sont noyés à côté de lui, mais pas avant que des photographes aient eu le temps de capturer la véritable horreur de leur destin.

Les photos de cet enfant sur cette plage de Bodrum capturent la réalité que les statistiques ont été incapables de transmettre. Durant les sept premiers mois de l’année, il y a eu près de 340.000 migrants et réfugiés qui ont fait le chemin vers l’Europe, la plupart voyageant à travers la Méditerranée.

Pourtant, l’Union Européenne n’a toujours pas mis en place de programme unifié pour mener des opérations de sauvetage en Méditerranée. Alors que les pays premièrement concernés (les pays côtiers) ont pris des mesures ponctuelles pour fournir une aide, l’ampleur des besoins est énorme.

Les photos déchirantes nous forcent à nous poser des questions difficiles: Qui était ce garçon? Qu’est ce qui l’a conduit jusque ici ? Comment est-il arrivé sur cette plage ? Et comment le monde se tient tandis que cela se produit jour après jour ?

Il s’appelait Aylan Kurdi, et il avait 3 ans

Cet enfant n’est pas le premier à mourir à la suite de la guerre et de l’insécurité poussant les gens à fuir leur pays, et il sera très certainement pas le dernier. Alors qu’on ne sait pas d’où l’enfant était originaire, les médias turcs disent qu’il était syrien. Son nom est Aylan Kurdi. La veille au soir, il avait embarqué avec ses parents, qui ont fui Kobané, et son frère Galip.

Pour tenter de répondre à l’afflux des migrants, et mettre fin à ces drames en Méditerranée, l’Allemagne, la France et l’Italie ont réclamé mercredi une refonte du droit d’asile dans l’Union Européenne, qu’ils jugent dépassé, de même qu’une meilleure répartition des migrants dans toute l’UE.

Photo via Twitter

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici