fbpx

    Koko, le plus célèbre des gorilles montre des signes de début de parole

    0
    319
    koko, langage, parole, singe

    Koko parle déjà le langage des signes, mais pourrait bientôt passer au stade supérieur

    Koko, un gorille de 44 ans, célèbre pour sa capacité à communiquer avec les gardiens en utilisant la langue des signes, montre à présent des signes de début de parole. “Koko a développé des comportements vocaux et respiratoires associés à la capacité de parler, qui étaient auparavant considérés comme impossible pour ces espèces”, rapporte le Daily Mail . Cette nouveauté pourrait brouiller un peu plus la ligne qui distingue l’Homme de certains de nos cousins plus hirsutes.

    Les primatologues ont longtemps cru en un “répertoire vocal” limité pour chaque espèce de singe qui les rend incapables d’apprendre de nouvelles sonorités au-delà d’un certain domaine. Cette théorie suggère que le développement du langage verbal est une caractéristique propre à l’Homme. Toutefois, Koko est peut-être sur le point de briser cette notion scientifique.

    Marcus Perlman, chercheur à l’Université du Wisconsin à Madison, a travaillé à la Gorilla Foundation , où se trouve Koko, depuis 2011. “Je suis allé là bas à l’origine pour observer les gestes de Koko, mais en regardant des vidéos d’elle, je la voyais effectuer tous ces comportements vocaux étonnants,” raconte-t-il au Daily Mail. Ceux-ci étaient des comportements appris, ne faisant pas partie d’un “répertoire typique des gorilles”, ont trouvé Perlman et ses collègues chercheurs.

    Bien que la maîtrise de la langue des signes de Koko est en effet extraordinaire, Perlman pense qu’elle n’est “pas plus douée que d’autres gorilles… La différence réside seulement dans ses conditions environnementales. Vous ne voyez évidemment pas ce genre de choses dans les populations sauvages”. “Elle montre que, dans le bon environnement, les singes peuvent développer un certain contrôle de leurs aptitudes vocales. Ce n’est pas aussi précis que le contrôle humain, mais c’en est bel et bien un.”

    Certains pourraient se demander quelle valeur, le cas échéant, cette évolution pourrait conférer au mouvement de la personnalité des singes, un mouvement initié aux Etats-Unis permettant aux grands singes (gorilles, chimpanzés, orangs-outans, bonobos) d’être reconnus comme des “personnes” et donc digne de jouir de droit, comme celui de la liberté. À noter que les conséquences d’un tel changement juridique rendrait difficile, voire impossible, la réalisation de tests médicaux ou pharmacologiques sur les grands singes d’aucune sorte.

    Mais si la capacité de parler octroi la personnalité, alors Koko la possède déjà: elle parle le langage des signes, et connaît plus de 1000 signes du “Gorilla Sign Language” (GSL ). Bien qu’elle n’utilise pas encore de syntaxe ou de grammaire, elle est en mesure de formuler de nouvelles phrases à partir de mots existants: son principal gardien, Francine Patterson, affirme que Koko a combiné les signes pour “bracelet” et “doigt” pour se référer à une bague.

    Ainsi, alors que la perspective réelle de voir les singes parler est passionnante, il est important de se rappeler que les singes sont déjà capables de communiquer. Et si la personnalité dépend de la capacité à penser et s’exprimer à travers une certaine forme de code verbal ou gestuel, alors les singes devraient déjà être classifiés en tant que “personnes”.

    La Planète des singes, c’est (peut-être) pour bientôt.

    Crédit photo principale : Wikimedia – Dozyg

    Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


    AUCUN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici