Obama donne un accord définitif au forage de pétrole et de gaz dans l’Arctique

Après des années d’accidents , Shell a reçu lundi 17 août l’accord définitif de forer du pétrole dans les profondeurs de l’océan Arctique au nord de l’Alaska. L’approbation de l’administration Obama signifie que Shell va pouvoir forer profondément sous la mer des Tchouktches dans une zone qui pourrait contenir jusqu’à 15 milliards de barils de pétrole.

L’insistance de la Royal Dutch Shell pour forer dans l’Arctique a suscité une certaine perplexité. L’une des raisons est le prix du pétrole, qui est susceptible de rester relativement bas pour les années à venir, tandis que les coûts pour le forage dans l’Arctique, un endroit très difficile d’accès et inamical, sont extrêmement élevés. Shell a déjà dépensé quelque 7 milliards de dollars avec notamment la perte de contrôle d’une énorme plate-forme, avant même le forage d’un seul puits. Cette plateforme pétrolière est celle de Kulluk (photo), qui s’est échouée en 2012 .

Puis il y a les risques environnementaux: les écologistes fustigent la Maison Blanche d’autoriser le forage dans le Nord, encore intact. “La décision d’aujourd’hui est définitive: le président Obama est prêt à laisser devenir l’immaculée mer des Tchouktches une zone de sacrifice énergétique et aggraver le dérèglement climatique,” a déclaré dans un communiqué Marissa Knodel, des Amis de la Terre.

Selon l’United States Geological Survey, l’ensemble de la zone arctique garderait 22 % des ressources en hydrocarbures encore à découvrir sur la planète et Shell, n’est pas la seule compagnie à s’y intéresser: ExxonMobil, le britannique BP, l’italien ENI et les russes Rosneft ou Gazprom sont dans les starting-blocks.

Crédit photo principale : Wikimedia – Tupsumato

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici