Climat: les villes côtières pourraient être inhabitables d’ici 50 ans

203
PARTAGER
ville cotière, sous l'eau, montée du niveau de la mer et des océans

La montée des eaux pourrait arriver plus tôt que prévu. Des villes en bord de mer pourraient se retrouver les pieds dans l’eau au cours du 21ème siècle

Un nouveau rapport d’un ancien scientifique de la NASA, James Hansen, et de 16 autres experts affirme que les prévisions déjà désastreuses sur l’élévation du niveau de la mer sont en fait trop optimistes, ayant sous-estimé la vitesse à laquelle les calottes glaciaires de la Terre vont fondre .

Selon les chercheurs, les glaciers du Groenland et de l’Antarctique pourraient fondre jusqu’à 10 fois plus vite que ce qui a déjà été indiqué par les modèles scientifiques, ce qui se traduira par une élévation drastique du niveau de la mer beaucoup plus tôt que ce qui avait été prévu.

À quelle hauteur et à quelle vitesse ?

Hansen , un personnage controversé qui est largement considéré comme un “phophète climatique” pour son action militante en faveur du climat, estime que les mers pourraient monter de 3 mètres à l’intérieur des terres d’ici seulement 50 ans. Une telle chose mettrait les villes côtières et les terres à basse altitude tout autour du monde en péril extrême, avec des infiltrations d’eau qui les rendraient inhabitables à toutes fins pratiques.

“Des parties des villes côtières seraient encore hors de l’eau”, a déclaré James Hansen au Daily Beast , “mais vous ne pourriez pas vivre là-bas.”

Les conséquences mondiales de ces changements à court terme du niveau des mers seraient catastrophiques et presque inimaginables, comme on a pu le voir dans des films catastrophiques d’Hollywood. Dans une synthèse des conclusions du document distribué aux journalistes, James Hansen et son équipe écrivent :

“Nous concluons que les émissions constamment élevées rendront une hausse du niveau de la mer de plusieurs mètres pratiquement inévitable et susceptible de se produire ce siècle. Les bouleversements sociaux et les conséquences économiques d’une si grande élévation du niveau de la mer pourraient être dévastateurs. Il n’est pas difficile d’imaginer que les conflits découlant des migrations forcées et l’effondrement économique pourraient rendre la planète ingouvernable, menaçant le tissu de la civilisation.”

Les chercheurs mettent également en garde contre l’objectif fixé de limiter à 2 degrés le réchauffement climatique, qu’ils pensent être très dangereux.

Il est important de noter que cette nouvelle étude n’a pas encore été examinée par des pairs, les chercheurs affirmant qu’ils voulaient rendre l’étude disponible au plus vite dans le cadre des préparatifs du COP21, la Conférence de Paris de 2015 sur le climat, qui aura lieu plus tard cette année. Quand elle sera publiée dans la revue Atmospheric Chemistry and Physics cette semaine, un “examen collégial interactif public” aura lieu, et la communauté scientifique aura l’occasion de répondre à ce qui va très certainement se révéler comme la recherche la plus controversée de cette année.

Crédit photo principale : Flickr – Petra Bensted