Accueil La Newsly Room Langues Être bilingue est bon pour le cerveau

Être bilingue est bon pour le cerveau

200
PARTAGER
bilingue, matière grise, cerveau

Parler deux langues ou plus boosterait la production de matière grise

Les gens qui parlent deux ou plusieurs langues ont plus de matière grise dans certaines parties de leur cerveau, comme l’indique une nouvelle étude parue dans la revue Cerebral Cortex . Les scientifiques ont constaté que le bilinguisme augmentait la taille de la partie du cerveau responsable de la durée d’attention et de la mémoire à court terme.

Dans le passé, on pensait que les enfants qui parlaient deux langues auraient pu être désavantagés parce que la présence de deux vocabulaires conduirait au développement d’un retard de langage. Toutefois, de récentes recherches ont montré qu’ils réussissent mieux les tâches dites “cognitives” qui requièrent l’attention, l’inhibition et la mémoire à court terme, que leurs pairs monolingues.

À lire aussi : Le champion du monde de Scrabble francophone ne parle pas français

Les bilingues depuis le plus jeune âge ont plus de capacités à exécuter des tâches

Des chercheurs de la Georgetown University Medical Center à Washington, ont trouvé que les adultes polyglottes ont plus de matière grise. Cela permet de mieux comprendre comment une expérience sur le long terme avec une compétence particulière (dans ce cas, parler deux langues) modifie le cerveau. Pour arriver à cette conclusion, ils ont recruté 45 personnes: certaines ne parlaient qu’une langue, d’autres deux. Pour qu’elles soient incluses dans l’étude, il fallait qu’elles aient appris leur deuxième langue avant l’âge de 6 ans.

Les chercheurs ont soumis les sujets à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et ont découvert que les personnes bilingues avaient davantage de matière grise dans la région de contrôle exécutif du cerveau.

Le Dr Guinevere Eden, qui a dirigé l’étude, donne des explications :

“Nous avons pensé que l’expérience avec deux langues et le besoin accru de contrôle cognitif pour les utiliser de manière appropriée entraîneraient des changements du cerveau chez les bilingues anglais-espagnol en comparaison avec les unilingues anglophones.” Il continue : “Et en effet, une plus grande matière grise des bilingues a été observée dans les régions cérébrales frontales et pariétales qui sont impliquées dans le contrôle exécutif.”

En d’autres termes, ces personnes ont plus de capacités pour exécuter des tâches qui sollicitent l’attention et la mémoire à court terme. Cet avantage proviendrait de l’habitude à gérer deux langues, à sélectionner la bonne et inhiber l’autre lorsque nécessaire.

La langue des signes pas concernée

Les chercheurs ont aussi conclu que cette différence dans la matière grise n’affecte seulement les personnes qui emploient couramment la langue parlée. Des tests avec des personnes utilisant la langue des signes n’ont montré aucune différence.

Les chauffeurs de taxi concernés

Des recherches antérieures ont montré que les chauffeurs de taxi à Londres, qui doivent mémoriser le nom d’environ 25.000 rues de Londres et ceux de 20.000 monuments, ont plus de volume de matière grise dans les régions du cerveau impliquées dans la mémoire spatiale , ce qui laissent penser qu’ils ont entraîné leurs cerveaux pour mieux appréhender les tâches qui impliquent la mémorisation des itinéraires et les lieux, pendant de nombreuses années.

Crédit photo principale : Flickr – Bobby Hidy