Les viaducs pourraient être l’endroit idéal pour les éoliennes

202
PARTAGER
éoliennes, viaducs

Des éoliennes pour récupérer la puissance du vent sous les viaducs

L’énergie solaire a le grand avantage de pouvoir être installée sur une grande variété de lieux, des grandes fermes solaires aux toits résidentiels, en passant par les murs anti-bruit au bord des autoroutes. L’énergie éolienne, malheureusement, est souvent limitée à de grandes étendues de terre ou de mer.

Cela est dû au fait que les éoliennes ont besoin d’être haut dans les airs pour atteindre les vents de plus grande vitesse, et dans le but d’exploiter ces vents, les pales doivent être grandes. En outre, les éoliennes subissent davantage les critiques de la part des habitants qui vivent proches d’elles car elles peuvent être source de pollution visuelle ou trop bruyantes.

À lire aussi : Ces éoliennes sans pales se secouent pour produire de l’électricité

Une nouvelle étude indique qu’il existe une autre possibilité que de grands parcs éoliens au milieu de nulle part: les viaducs. Ces longues structures sont généralement élevées au-dessus du sol et sont habituellement constituées d’une série d’arches à l’intérieur desquelles les éoliennes pourraient être construites.

Des chercheurs de l’Université de Kingston à Londres ont utilisés un viaduc dans les îles Canaries à titre de référence pour leurs modèles informatiques et les simulations ont montré que le vent qui souffle entre les piliers sur ces infrastructures peut faire tourner les éoliennes et produire de l’énergie. La construction de ces éoliennes au sein même des viaducs pourrait apporter de l’énergie renouvelable pour les territoires densément urbanisés ayant peu de place pour accueillir des éoliennes ou les zones naturelles qui sont limitées en terme de construction.

Un viaduc pourrait produire l’équivalent de la consommation annuelle de 450 à 500 foyers

Les chercheurs ont effectué des simulations avec différentes tailles de turbines pour voir quelle configuration serait la plus efficace.

“Naturellement, plus la surface est balayée par le rotor, plus la puissance produite est importante, mais on a vu que pour les petites éoliennes le taux d’énergie par mètre carré est plus élevé”, explique Oscar Soto, l’un des chercheurs.

L’équipe a finalement déterminé que deux éoliennes moyennes seraient la combinaison la plus viable sur le Viaduc de Juncal, à Grande Canarie. Cette combinaison de deux éoliennes de 0,25 MW aurait une production qui serait égale à la consommation d’énergie de 450-500 foyers, sur la base de la consommation moyenne dans la zone. Cela permettrait d’éviter l’émission de 140 tonnes de CO2 par an.

Cette étude n’est pas la première qui envisage cette idée. Un concours pour donner aux viaducs en Italie une cure de jouvence “verte” a été très médiatisé il y a quelques années, notamment lorsqu’un projet a proposé de placer des éoliennes entre les piliers . Cette étude est importante parce que si l’idée est poussée vers l’avant et montre que ce système fonctionne réellement, les régions avec peu d’espace pourraient profiter de la puissance du vent pour accroître leurs sources d’énergie renouvelable.

  • benoit

    L’idée est “jolie” mais la réalité est peu probable. Les nuisances que peuvent générer une éolienne en terme de turbulence et autres , vents ,pluies, neiges, givres hypothèque gravement la viabilité structurelle du pont ou viaduc. Contradiction des ouvrages: l’Éolienne doit prendre l’énergie du vent alors que le pont doit y être insensible.

    • Florian Colas

      L’avenir nous le dira, mais l’idée peut fonctionner pour deux raisons (en rapport à votre commentaire) : tout d’abord, les viaducs sont là (ce n’est pas précisé, mais il semble logique que les chercheurs n’ont pas l’intention de placer ces éoliennes sur des ponts et viaducs anciens, et seulement sur ouvrages récents et pouvant accueillir ces éoliennes). C’est à dire qu’ils accueillent d’ores et déjà du trafic routier alors le bruit qu’elles peuvent provoquer pourrait ne pas être gênant.

      Egalement, le pont doit en effet résister aux forts vents. Théoriquement, il est construit en prenant compte de cela. Je pense qu’il n’y a aucun lien entre le fait de profiter du vent qui souffle sous les ponts, et celui que le vent est un danger pour les viaducs. Les viaducs, de nouveau, sont déjà là. Prenez par exemple le viaduc de Millau. En quoi cela gênerait d’y installer des éoliennes dessous (s’il s’avère que c’est effectivement viable) ?