Les Pays-Bas prévoient de paver leurs routes avec du plastique recyclé

166
PARTAGER
VolkerWessels, route, plastique, Rotterdam

La ville de Rotterdam envisage d’expérimenter les routes en plastique

Le revêtement de la route n’est peut-être pas la première chose qui vient à l’esprit lorsqu’on cherche à recycler les bouteilles en plastique, mais l’entreprise de construction néerlandaise VolkerWessels a l’intention d’utiliser ce matériau pour un projet pilote dans la ville de Rotterdam. Bien que l’idée ne soit encore qu’au stade conceptuel pour l’instant, l’entreprise affirme que ses “routes en plastique”, respectueuses de l’environnement, pourraient être mises en place d’ici trois ans.

Les Pays-Bas cherchent déjà depuis longtemps des solutions pour donner une seconde utilité aux routes et pistes cyclables dans le pays. Une route solaire avait déjà été testée dans une ville au nord d’Amsterdam.

Un test grandeur nature d’ici trois ans

Il y a de nombreux avantages à utiliser du plastique recyclé plutôt que du bitume sur une telle surface: la production du matériau aurait une empreinte écologique beaucoup plus faible; il durerait plus longtemps; nécessiterait moins d’entretien; et serait en mesure de résister à de plus grands extrêmes de température. La solution du plastique serait également plus rapide à poser, affirme VolerWessels , et la route serait creuse laissant de l’espace pour les câbles d’alimentation et ceux des services publics.

Alors que le bitume est constitué de certains matériaux recyclés, notamment les pneumatiques usagés ou le verre, il est estimé que la création de ce mélange provoque 1,45 million de tonnes des émissions mondiales de dioxyde de carbone par an et 2% de toutes les émissions du transport routier.

Tout un tas d’avantages, sans la pollution

La route en plastique recyclé, quant à elle, peut être réalisée hors site, puis livrée à l’endroit où c’est nécessaire, ce qui signifie moins de temps passé dans les embouteillages à cause des travaux routiers pour les usagers mais aussi moins d’impact sur l’environnement en termes de transport des matières premières. Sous ce “bitume de plastique” pourrait être développé un processus offrant une conduite ultra-silencieuse ou même un système de chauffage intégré, sans aucun doute utile lors d’une tempête de neige.

“C’est encore une idée sur papier pour le moment”, a déclaré Rolf Mars, le directeur de VolkerWessels, au Guardian . “La prochaine étape est de la construire et de la tester dans un laboratoire pour s’assurer qu’elle est sûre dans des conditions humides et glissantes, etc. Nous sommes à la recherche de partenaires qui veulent collaborer sur ce projet pilote, de même que des fabricants de l’industrie du plastique; nous pensons notamment au secteur du recyclage, les universités et d’autres institutions du savoir”.

“Rotterdam est une ville très innovante et a adopté l’idée”, a ajouté Rolf Mars. “Cela s’intègre très bien au sein de sa politique de développement durable et [la ville] a indiqué qu’elle [était] désireuse de travailler sur un pilote.”

Rotterdam ambitionne de devenir la ville portuaire la plus durable dans le monde et compte un certain nombre d’initiatives environnementales à la fois en place et dans les cartons. Il existe un programme de toiture végétalisée, par exemple, qui absorbe l’eau lors de fortes précipitations, ainsi qu’un programme pour un parc à énergie marémotrice qui permettra d’améliorer l’écologie du delta Rhin-Meuse-Escaut et fournir une protection supplémentaire pour les rives de la ville.