Uber suspend son service UberPop en France

140
PARTAGER
Uber suspend Uberpop en France

Uber arrête UberPop ce vendredi dès 20 heures

Uber a annoncé aujourd’hui la suspension de son service low-cost UberPop en France, alors que la société se trouve au cœur de tensions entre les syndicats de taxis et les autorités françaises. Dans un billet de blog publié aujourd’hui , Uber a déclaré que le service sera officiellement suspendu en France vendredi soir, avec la disparition de l’application à 20 heures précisément.

UberPop, qui met en relation des utilisateurs avec des chauffeurs non-professionnels, a récemment provoqué une violente grogne de la part des chauffeurs professionnels de taxi, qui a parfois débouché sur des agressions , qui martèlent que cela donne à la compagnie basée à San Francisco un avantage concurrentiel déloyal.

Une loi adoptée l’année dernière exige que tous les chauffeurs détiennent une licence professionnelle coûteuse et une assurance, ce que les chauffeurs UberPop ne sont pas tenus d’obtenir. Les autorités françaises ont à plusieurs reprises appelé à une interdiction du service, mais Uber a fait appel devant les tribunaux français et à l’Union européenne.

“Uber ne souhaite pas faire courir le moindre risque aux conducteurs et aux passagers d’uberPOP”

Le service avait été autorisé à poursuivre son activité pendant les appels, mais le gouvernement français a décidé de sévir ces derniers jours, après que les syndicats de taxis aient organisé une grève nationale pour protester contre le service la semaine dernière. Cette semaine, deux cadres d’Uber France ont été placés en garde à vue et ensuite accusés d’exploitation d’un service de taxi illégal. Ils passeront en jugement en septembre .

À lire aussi : Infographie: les différences entre les taxis et Uber

Mais Uber n’indique pas suspendre son service UberPop pour cette raison :

Ces dernières semaines, les intimidations, les agressions pour la plupart très violentes, voire les guet-apens organisés contre des conducteurs et des utilisateurs uberPOP se sont multipliés en France, du fait d’une minorité d’individus hors de contrôle. Uber ne souhaite pas faire courir le moindre risque aux conducteurs et aux passagers d’uberPOP.

Dans une interview accordée au Monde et publiée avant l’annonce officielle d’Uber aujourd’hui, Thibaud Simphal, le directeur général d’Uber France, indiquait que la compagnie avait également voulu se positionner “dans un esprit d’apaisement, de dialogue avec les pouvoirs publics et montrer que l’on prend nos responsabilités”.

Thibaud Simphal était l’un des deux cadres placés en garde à vue cette semaine, avec Pierre-Dimitri Gore-Coty, directeur général d’Uber en Europe. La société affirme qu’elle va maintenant attendre la décision du Conseil constitutionnel, qui devrait se prononcer sur la légalité d’UberPop le 30 septembre prochain.