À 15 ans, un stagiaire découvre une nouvelle planète

148
PARTAGER
Tom Wagg, exoplanète

Un jeune stagiaire anglais de 15 ans découvre une planète située à 1000 années-lumière de la Terre

À l’âge de 15 ans seulement, Tom Wagg a découvert ce que les astronomes ne commencèrent à trouver il n’y a seulement 20 ans – une planète lointaine, à l’extérieur de notre système solaire.

Tom Wagg est probablement l’un des plus jeunes à avoir détecté une planète, selon un communiqué de presse de l’Université de Keele en Angleterre, où il travaillait lorsqu’il a fait son incroyable découverte.

En réalité, cette nouvelle planète ressemble étroitement à certaines des toutes premières exoplanètes jamais identifiées dans le milieu des années 90, qui avaient un aspect complètement différent de tout ce que les astronomes avaient observé jusqu’alors, et qui avaient donné lieu à une révision complète de la façon de penser dont les systèmes planétaires sont constitués aujourd’hui (et qui avaient été élaborés en se basant sur le seul Système solaire).

La planète nouvellement découverte entre dans une classe d’exoplanètes dites Jupiter chaud . Ces planètes sont grandes comme Jupiter, mais, contrairement à Jupiter, elles orbitent très près de leur étoile hôte, plus proche que la distance entre la Terre et le soleil. À de telles distances, ces exoplanètes peuvent atteindre des températures ardentes de plus de 1 000 degrés Celsius, d’où le «chaud» à Jupiter chaud.

L’exoplanète de Tom Wagg est située dans un système solaire éloigné au sein de notre galaxie, la Voie lactée, à 1000 années-lumière de la Terre. Elle est de la même taille que Jupiter, mais prend seulement deux jours pour orbiter autour de son étoile. Jupiter, par comparaison, met 12 années juliennes, ou 4272 jours pour orbiter autour du soleil.

Voici une esquisse fantaisiste de la planète découverte par Tom Wagg, à laquelle le nom de WASP-142b lui a pour l’instant été donné :

Wasp-142b, planète, Tom Wagg

Crédit photo: Astroart – David A. Hardy

C’est la combinaison de la taille et de la proximité de Jupiter chaud qui rend ces types d’exoplanètes relativement faciles à repérer avec les puissants télescopes actuels grâce à une technique de détection courante. Cette technique, que Wagg a utilisé, fonctionne en examinant l’intensité lumineuse d’une exoplanète lorsque celle-ci transite devant son étoile en mesurant l’affaiblissement de l’intensité lumineuse de l’astre.

Depuis 2009, le célèbre télescope spatial Kepler de la NASA a utilisé cette technique de transit pour détecter des milliers d’exoplanètes potentielles à travers la Voie Lactée, et plus de 1000 d’entre elles ont été confirmées. Mais inutile d’avoir un télescope dans l’espace pour le faire.

Exemple concret, Tom Wagg a découvert l’exoplanète à travers le projet Wide Angle Search for Planets (WASP ), un groupe de recherche de planètes se trouvant hors du système solaire. Les deux observatoires de l’université, l’un situé dans les Canaries et l’autre en Afrique du Sud, analysent des images de millions d’étoiles et recherchent des baisses de luminosité causées par le passage de planètes.

Son troisième jour en tant que stagiaire

Comme l’explique Tom à la BBC , “c’était juste mon troisième jour lorsque j’ai repéré cette planète potentielle mais j’avais avant cela déjà examiné 1000 ensembles de données. Ça a l’air ennuyeux, mais quand on réalise ce qu’on est en train de faire, c’est vraiment génial.”

Bien que cette technique soit populaire chez les chasseurs de planètes, elle n’est pas la plus fiable, car il y a un certain nombre d’autres facteurs provoquant une baisse d’intensité lumineuse, comme un nuage de gaz, une naine blanche , ou un bug dans la technologie. Voilà pourquoi il a fallu deux ans d’études de suivi pour confirmer que la planète du jeune stagiaire était, en réalité, une véritable planète.

Tom Wagg est maintenant âgé de 17 ans et envisage d’étudier la physique.

Crédit photo principale : Université de Keele