Bientôt, la technologie vous empêchera de conduire si vous avez trop bu

99
PARTAGER
Alcool volant détection

Vous ne pourrez bientôt plus prendre le volant ivre

La National Highway Traffic Safety Administration, une agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière, a mis au point des technologies afin de réduire les accidents de la route liés à l’alcoolémie au volant. Celles-ci ne vous laisseront même pas allumer le moteur. Lors d’un événement récent, l’agence a dévoilé les prototypes de deux candidats à la technologie Driver Alcohol Detection System for Safety (DADSS), qu’elle développe depuis 2008.

Le premier est un alcootest discret monté soit sur le volant ou la portière côté conducteur qui peut “sentir” votre haleine, même si vous ne vous penchez pas de près sur celui-ci. Le second est un capteur tactile intégré sur le bouton d’allumage ou le levier de vitesse, qui scanne votre doigt pour évaluer votre taux d’alcoolémie. Les deux extensions sur le véhicule sont capables de détecter si votre taux d’alcoolémie dépasse la limite légale d’alcool dans le sang, et tous les deux sont conçus pour vous empêcher de prendre la voiture n’importe où, si vous avez trop bu.

Tout le monde n’est cependant pas ravi de ce système de sécurité supplémentaire. L’American Beverage Institute, une association de restaurateurs, croit que le “Système de détection de l’alcool pour la sécurité” (DADSS) ne sera pas en mesure de freiner l’alcool au volant. L’association explique en effet que cela va surtout arrêter les nombreux buveurs occasionnels et responsables qui ont un bu deux verres de vin pendant le dîner, au moment démarrer leur voiture.

Un système de détection digitale de l’alcool dans le sang d’ici 2020

Pour être clair, l’agence chargée de la sécurité routière aux Etats-Unis ne va pas exiger des fabricants automobiles qu’ils installent la technologie d’office sur leur véhicule lorsque celle-ci sera fin prête. À noter que certains constructeurs travaillent d’ailleurs sur des technologies similaires de leur propre côté.

Le directeur de la NHTSA, Mark Rosekind, espère simplement qu’après qu’ils l’aient testé sur des véhicules du gouvernement pendant quelques années, les gens trouvent utile, voire nécessaire, ce dispositif de sécurité. Cependant, cela va prendre un certain temps, car l’agence estime que la recherche et le développement du produit final pourrait prendre cinq à huit ans supplémentaires.

D’ici 2020, nous pourrions donc voir apparaître aux Etats-Unis un système de détection digitale de l’alcool dans le sang. Cette technologie consiste à apposer son doigt sur un capteur capable de mesurer dans le sang les différences de lumière émise par les molécules de dioxyde de carbone et d’éthanol, ces dernières en absorbant moins. Ce capteur pourrait sauver près de 7000 vies aux Etats-Unis chaque année.

Crédit photo principale : Flickr – James Palinsad