Kazakhstan: 120 000 saïgas mystérieusement morts en 2 semaines

145
PARTAGER
Saïgas, Kazakhstan, morts

Une nouvelle épidémie frappe cette espèce d’antilope, déjà menacée d’extinction

C’est une vague meurtrière mystérieuse qui s’est abattue au Kazakhstan et qui alarme le Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP). Pas moins de 120 000 saïgas, une espèce d’antilope menacée d’extinction, sont morts en l’espace de seulement 2 semaines, soit près d’un tiers de la population mondiale.

Un drame inattendu et mystérieux

Le fléau qui a frappé les saïgas reste jusqu’à présent un mystère. En effet, rares sont les maladies infectieuses connues capables de décimer une importante population en l’espace de peu de temps. “Les premiers 117 cadavres de saïgas ont été découverts le 10 mai. Onze jours plus tard, il y en avait déjà 28 000 selon la branche russe de WWF, pour le Monde .

Si l’ampleur du phénomène est inédite, ce n’est cependant pas la seule fois que les saïgas soient victimes d’une épidémie meurtrière. Deux épidémies similaires eurent lieu en 1984 et en 2010, chacune tuant respectivement 100 000 et 12 000 saïgas. Les causes de cette mortalité de masse sont restées inconnues.

C’est donc un nouveau coup dur qui s’abat sur le saïga, unique espèce d’antilope eurasiatique. “Cette perte est un coup majeur porté aux efforts de préservation des saïgas au Kazakhstan et dans le monde entier, dans la mesure où 90 % de la population globale des saïgas vit dans notre pays”, déplore Erlan Nyssanbaïev, vice-ministre kazakh de l’agriculture. “Nous avons mis en place un groupe de travail qui comprend des experts internationaux, et nous sommes déterminés à identifier les causes et d’entreprendre tous les efforts possibles pour éviter à nouveau de tels événements.”

Suite à ce drame, le secrétariat de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS) a rapidement envoyé des enquêteurs sur le terrain, à la demande du gouvernement kazakhs.

Saïgas, Kazakhstan, morts

Crédit photo: Wikimedia – USFWS Headquarters

Une cause encore mal comprise mais pas irréversible

Les premières conclusions de la CMS font état d’une “combinaison de facteurs biologiques et écologiques” responsable de cette surmortalité. Deux types de bactéries seraient par ailleurs coupables de cette surmortalité : Pasteurella et Clostridia.

Or “ces bactéries sont mortelles uniquement pour un animal dont le système immunitaire est déjà affaibli”, la CMS suspectant des facteurs environnementaux responsables de cette fragilité. L’un des facteurs retenus serait les importantes pluies du mois de mai, responsables d’une dégradation de la qualité de l’herbe et donc de l’alimentation des antilopes. Mais cela n’explique pas le taux de mortalité de 100% et qui laisse les enquêteurs perplexes, car d’une extrême rareté.

Toutefois, ces derniers estiment que cet épisode de surmortalité serait bientôt terminé – bien que le bilan ne soit encore que provisoire – et espèrent que l’espèce s’en relèvera. “Les saïgas ont souvent des jumeaux et les populations sont capables de rebondir rapidement. Notre espoir est que si nous pouvons contrôler ce qui cause cette mortalité de masse, les populations seront en mesure de récupérer.” explique Bradnee Chambers, secrétaire générale de la CMS.

Le saïga est la seule antilope eurasiatique. On ne la trouve plus guère que dans les steppes sèches et les déserts semi-arides de l’Asie centrale, où elle est menacée de disparition. Cet animal est reconnaissable à un museau long et très arqué, descendant sur la bouche et donnant l’aspect d’une courte trompe. Saïga est un mot russe qui veut dire “antilope”.

Crédit photo principale : Wikimedia – Seilov