Google: les voitures sans-conducteur ont eu plusieurs accidents, sans jamais être en cause

138
PARTAGER
Google Car, voiture sans conducteur

Les voitures sans chauffeur ont beaucoup appris depuis 6 ans

La viabilité des voitures sans conducteur sera probablement débattue et bafouée pendant longtemps, mais nous savons au moins qu’elles ne sont pas distraites par leurs téléphones portables…

Dans un article publié sur Backchannel , Google a révélé des détails sur la façon dont ses voitures fonctionnent et certaines mésaventures qu’elles ont connu. En effet, l’un des principes de base des véhicules autonomes est d’être en mesure de réduire les accidents de voiture, ainsi que les erreurs des conducteurs causant 94% des accidents aux États-Unis, selon la National Highway Traffic Safety Administration .

Plus de 20 voitures, 2.7 millions de km parcourus

Google possède une vingtaine de voitures sur la route, qui ont parcouru une distance combinée de 2,7 millions de kilomètres depuis le début du projet, il y a six ans, à la fois de manière autonome et avec une intervention manuelle. La société affirme qu’elles couvrent à présent environ 16 000 km par semaine en autonomie, soit presque autant que le conducteur américain moyen en une année.

Sur tous ces kilomètres parcourus, la plupart du temps dans les rues d’une ville, les véhicules ont été impliqués dans 11 accidents “mineurs”, sans blessures. Faites ce que vous voulez de cette statistique, mais le point important est qu’aucun de ces accidents jusqu’ici n’a été la faute de la voiture autonome, selon Google.

Ces accidents ont eu lieu à la suite d’une conduite imprudente. Les rues des villes sont beaucoup plus susceptibles d’être le théâtre de collisions que les autoroutes, et Google a vu toutes sortes de distractions au volant, allant de l’utilisation du téléphone hélas trop commun, à une personne jouant même de la trompette.

Bien que Google affirme que les collisions ne sont pas de sa faute, il essaie d’apprendre à identifier les tendances dans les mauvaises pratiques de conduite. Par exemple, les Google Car s’arrêteront avant de s’engager dans une intersection juste après que le feu soit passé au vert, alors que d’autres véhicules auront tendance à accélérer directement. L’un des cas montrait qu’un cycliste avait évité de justesse une collision avec une voiture de Google.

Les caméras à 360° sur la voiture Google l’ont remarqué, ont calculé sa trajectoire, et ont stoppé la voiture jusqu’à que le cycliste soit passé, avant de repartir.

Google Car, accident cas

Le cycliste est la case bleu clair, et la ligne rouge est le chemin que Google a prédit qu’il prenait

Google explique qu’après avoir parcouru des millions de kilomètres avec ses voitures sans conducteur, ils ont pu apprendre beaucoup sur la façon dont les gens conduisent et prédire leurs réactions. Chaque année aux Etats-Unis 33 000 personnes meurent dans un accident de la route et c’est exactement ce qui motive Google à continuer à travailler sur ses voitures dans le but de réduire sensiblement cette terrible statistique.

Chris Urmson, le directeur du programme self-driving car chez Google a déclaré que les voitures auto-conduite pourraient être prêtes pour une utilisation généralisée d’ici 2020. Google a investi massivement dans la technologie des voitures autonomes. Il est en concurrence avec d’autres sociétés de haute technologie, telles que Uber, ainsi que les constructeurs automobiles traditionnels, pour mettre ces véhicules futuristes sur le marché.

Crédit photo principale : Backchannel