Amnesty dépose 200 sacs mortuaires sur une plage anglaise

166
PARTAGER
Sacs mortuaires, migrants, plage, Brighton

Amnesty International dénonce les “naufrages de la honte” en Méditerranée

Deux cents sacs mortuaires noirs ont été alignés sur la plage de Brighton, dans le sud de l’Angleterre, par des militants de l’ONG Amnesty International. L’action vise à mettre en évidence la réponse “honteuse” de la Grande-Bretagne à la crise des migrants en Méditerranée, où plus de 800 personnes se sont noyées samedi. Les sympathisants d’Amnesty International se sont glissés sous la fermeture éclair des centaines de sacs mortuaires aux côtés d’une bannière affichant le hashtag #DontLetThemDrown .

Un militant a ensuite déposé une gerbe au milieu de la masse de corps qui gisaient sur la plage se trouvant face à la grande roue de Brighton. L’action a été mise en scène alors que les dirigeants européens sont sous pression croissante pour convenir d’un plan pour endiguer les naufrages de migrants tués en essayant d’atteindre l’Europe pour une vie meilleure. Amnesty International réclame à l’Union européenne des mesures concrètes, en particulier le lancement immédiat d’une opération humanitaire internationale.

Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty international France, a déclaré “qu’il est temps que l’Union européenne comprenne que la fermeture des frontières n’est pas tout.” Celle-ci espère qu’à la suite des nombreux naufrages meurtriers, “sauver la vie des gens devienne une priorité par rapport au contrôle des frontières”.

Plus de 800 personnes se sont noyées samedi alors qu’elles tentaient de rejoindre l’Europe sur une embarcation qui a coulé au large des côtes de la Libye. Les analystes prédisent que jusqu’à 30 000 migrants, dont 2500 enfants, pourraient mourir en tentant de traverser la mer Méditerranée cette année, à moins que cette crise soit prise à bras-le-corps. L’Organisation internationale pour les migrations a indiqué qu’il y avait eu 3 279 décès migrants l’année dernière en Méditerranée. Les personnes ayant péri étaient principalement originaires de Syrie, Somalie, Sierra Leone, Mali, Sénégal, Gambie, Côte-d’Ivoire et Éthiopie, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Un sommet européen extraordinaire à Bruxelles se tiendra demain, jeudi. Il étudiera les 10 propositions d’action notamment celle de renforcer les opérations de contrôle et de sauvetage Triton et Poseidon mises en oeuvre par Frontex, l’agence européenne de contrôle des frontières.

Crédit photo principale : Amnesty UK