Par les temps qui courent, il ne fait pas sérieux de polluer sans se soucier de l’avenir. A contrario, il fait bon et sérieux de trouver des solutions innovantes afin de recycler les anciennes reliques du capitalisme à outrance et de la pollution, en objets ou concepts novateurs et visant à atteindre un dessein éco-responsable. Alors principal sous-traitant des voyages spatiaux de la NASA, SpaceX vient d’annoncer le recyclage de deux plateformes pétrolières en rampes de lancement pour sa fusée Starship.

Phobos et Deimos

Ces deux noms ne vous évoquent sans doute rien, mais il s’agit en fait des dénominations des lunes martiennes. Et désormais il s’agit également des noms donnés par SpaceX aux deux plateformes pétrolières recyclées, et servant désormais de rampes de lancement pour ses vaisseaux interplanétaires Starship.

Le projet est né de la scission des actifs et du dépôt de bilan de la compagnie pétrolière Valaris plc en juillet 2020. En effet, les firmes pétrolières ont de moins en moins la cote et leurs produits de moins en moins utilisés. Celles qui ont les reins solides s’en sortent. Les autres, telles que Valaris plc, disparaissent. Laissant en place des infrastructures polluantes et coûteuses à démanteler ou désaffecter.

Plutôt que de les laisser à l’abandon Valaris plc a préféré vendre ses deux plateformes pétrolières pour 3,5 millions de dollars chacune, à SpaceX. Pour rappel il s’agit du géant stellaire propriété du sulfureux Elon Musk.

Des rampes de lancement maritimes

L’avantage des rampes de lancement maritimes est leur localisation, loin de toute zone peuplée. L’idée de SpaceX est justement à terme de se défaire de ses sites de lancement de Boca Chica, au Texas afin de n’opérer qu’en haute mer où tout risque pour la population est annihilé.

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici