Accueil La Newsly Room Economie Loyer, prix du gaz, vélo électrique : voici ce qui va changer...

Loyer, prix du gaz, vélo électrique : voici ce qui va changer dès le 1er février 2018

291
PARTAGER
Utiliser le gaz pour se chauffer reviendra plus cher en 2018. Crédit photo : Pxhere

Payer le loyer, utiliser le gaz pour se chauffer ou acheter un vélo avec assistance électrique reviendra un peu plus cher. Voici ce qui a changé depuis ce jeudi 1er février 2018 pour les millions de consommateurs français.

Harmonisation des loyers à Lille

La diminution du loyer de solidarité (RLS) qui viendra compenser la baisse des APL pour les revenus modestes n’entrera en vigueur que le 1er avril. Son effet rétroactif prend effet dès ce 1er février.

La mise en place de l’encadrement des loyers entré en vigueur à Paris en 2015 se déploiera à Lille. Cela permettra à la préfecture de fixer par arrêté les montants de référence des loyers. Les nouveaux loyers ne pourront pas dépasser le montant fixé de plus de 20 % et ils ne devront pas lui être inférieurs de moins 30 % selon Le Figaro.

Achat de vélos électriques

Par le passé, l’État offrait une subvention de l’ordre de 200 euros aux particuliers qui achetaient un vélo avec assistance électrique. Cette subvention avait permis de booster les ventes.

La subvention à l’achat du vélo électrique réservée aux personnes majeures. Crédit photo : Pxhere

À partir de ce mois, cette aide sera désormais offerte aux personnes majeures et non imposables sur le revenu de l’année 2017. Elle sera aussi versée en complément d’une aide donnée par une collectivité locale.

Augmentation du prix du gaz

Les règlements tarifaires en cours pour la vente du gaz à des millions de foyers en France par Engie en janvier avaient connu une hausse monumentale. Le mois de février n’offre pas de répit : le gaz augmentera en moyenne de 1,3 %.

Cette hausse sera tout de même fonction des usages. Les utilisateurs de gaz pour le chauffage auront une hausse de + 1,4 %. Le gaz utilisé pour la cuisson augmentera de + 0,4 %, et + 0,8 % pour le double usage eau chaude et cuisson.

Source :

Ouest-France