Le nombre d’animaux marins divisé par deux en 40 ans

Les populations de mammifères marins, d’oiseaux, de reptiles et de poissons ont chuté de près de moitié (49%) au cours des quatre dernières décennies, les poissons souffrant d’une des plus fortes baisses, essentiellement liées à l’alimentation humaine, a averti mercredi WWF.

Dans un nouveau rapport , le groupe de conservation a mis en garde que la surpêche , la pollution et le changement climatique ont considérablement diminué la taille des ressources de pêche commerciales entre 1970 et 2010.

Une famille de poissons, qui comprend le thon et le maquereau, avait, par exemple, diminué de 74% au cours de cette période de 40 ans.

“En l’espace d’une seule génération, l’activité humaine a gravement endommagé l’océan par la capture de poissons plus rapidement qu’ils peuvent se reproduire tout en détruisant leurs pépinières,” a déclaré dans un communiqué Marco Lambertini, directeur de WWF International.

“La surpêche, la destruction des habitats marins et le changement climatique ont des conséquences désastreuses pour l’ensemble de la population humaine, avec les communautés les plus pauvres qui dépendent de la mer se faisant frapper le plus rapidement et le plus durement,” a-t-il averti. “Des changements profonds sont nécessaires pour garantir la vie abondante des océans pour les générations futures”, a-t-il insisté.

Les poissons ne sont pas les seules espèces marines qui souffrent

Le rapport de WWF montre aussi qu’il y a eu une forte baisse des récifs coralliens, les mangroves et les herbiers où vivent de nombreuses espèces de poissons, avec plus d’un tiers des poissons suivis pour l’étude subsistant grâce aux récifs coralliens et quelques 850 millions de personnes dans le monde bénéficiant directement de leurs services économiques, sociaux et culturels.

Un précédent rapport du groupe a montré que la moitié de tous les coraux ont déjà disparu, et ils devraient tous avoir disparu d’ici 2050 si les températures continuent d’augmenter au même rythme.

L’analyse de WWF a suivi 5829 populations de 1234 espèces, soit près de deux fois plus que dans ses études antérieures, donnant ainsi une image plus claire mais aussi plus préoccupante de la santé des océans. Une espèce sur quatre des requins et des raies est menacée d’extinction, principalement en raison de la surpêche.

WWF a appelé les dirigeants mondiaux à veiller à ce que la bonne santé des océans et du littoral figure haut sur la liste des priorités qui doivent être approuvées lors du Sommet spécial sur le développement durable à New York à la fin du mois de septembre, pour les 15 prochaines années. “Nous devons saisir cette occasion pour soutenir l’océan et réparer les dégâts tant que nous le pouvons encore”, a déclaré Lambertini.

Quelles solutions ?

Tout en soulignant la gravité de la crise, WWF a souligné que l’océan est une ressource renouvelable et que la vie marine peut être rétablie si la population humaine vit dans ses “limites durables”. Le rapport appelle à ce que les zones actuellement protégées (3,4%) soient triplées d’ici 2020.

Parmi les autres recommandations de l’organisation, les consommateurs et les vendeurs de produits de la mer doivent de plus en plus faire appel aux entreprises qui suivent les meilleures pratiques internationalement reconnues. Une autre suggestion est que les fonds alloués spécifiquement à restaurer la vie marine seraient remboursés par les bénéfices futurs de l’industrie de la pêche.

“Le rythme du changement dans l’océan nous dit qu’il n’y a pas de temps à perdre”, a déclaré Lambertini. “Ces changements se produisent de notre vivant. Nous pouvons et nous devons corriger le cours maintenant.”

Crédit photo principale : Wikimedia – Kurzon

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici