Des photos montrent des enfants posant avec leur premier lion tué

343
PARTAGER
enfant, lion, mort, safari

Après Cecil le lion, les chasseurs sont traqués par les associations de défenses des animaux

Un chasseur américain est sous le feu des critiques sur les médias sociaux après avoir publié des images de ses deux enfants, qui étaient âgés à l’époque de 7 et 9 ans, posant avec des lions morts qu’ils venaient visiblement d’abattre. L’une des images postées par Allen Tarpley montre son fils de 7 ans, fusil à la main, posant avec un lion mort.

Les images ont été mises en ligne en juillet de l’année dernière, bien avant le scandale provoqué par le meurtre du célèbre lion Cecil par un dentiste américain Walter Palmer. Ils ont été découverts récemment par l’organisation anti-chasse We Will Not Be Silenced About Hunters , qui les a partagé sur les médias sociaux.

L’organisation a également partagé une image d’un enfant jouant avec une tablette tactile alors qu’il est adossé au lion mort. “Le fait qu’un enfant puisse, en toute désinvolture, s’adosser contre le cadavre d’un animal et jouer avec son iPad est effrayant”.

enfant, lion, mort, safari

Depuis, Allen Tarpley a supprimé son compte Twitter, dans le but d’éviter au maximum que les projecteurs des médias se braquent sur lui comme ce fut le cas pour Walter Palmer . Il s’est également défendu dans les colonnes du Daily Mail , indiquant “ne pas comprendre” les critiques : “Ils ne se soucient pas des êtres humains et des bébés abattus et du trafic d’organes de Planned Parenthood , mais ils se soucient d’un animal,” a-t-il indiqué. “Il n’y a eu aucun battage médiatique à propos de la vente d’organes de bébé de Planned Parenthood, mais un lion est tué et tout le monde devient fou.”

Il a également affirmé que sa famille avait abandonné la chasse car elle ne pouvait plus se le permettre.

Le groupe Animal Shame a déclaré que le fait que deux jeunes enfants puissent tuer des lions montre à quel point il est facile de pratiquer la “chasse aux trophées”.

enfant, lion, mort, safari