Un projet transforme les débris de catastrophes naturelles en briques aux formes de LEGO pour reconstruire rapidement

Recycler les gravats pour créer des briques LEGO et reconstruire facilement les zones dévastées. Voilà l’idée derrière The Mobile Factory , un projet néerlandais qui espère donner aux survivants de catastrophes naturelles et de guerres les outils dont ils ont besoin pour reconstruire leurs maisons à l’aide de gravats et d’un savoir-faire technologique.

“Si nous réutilisons les décombres, avec lesquels nous pouvons construire des maisons antisismiques à faible coût, cela signifie que tout le monde peut en profiter”, a expliqué Gerard Steijn, fondateur du projet The Mobile Factory. Trente maisons sont prévues d’être construites d’ici fin 2015 dans la banlieue de Port-au-Prince, en Haïti, dans un projet pilote visant à tester la technologie.

Des blocs appelés Q-Brixx

Le système, qui peut rentrer dans deux conteneurs d’expédition , découpe les décombres en petits morceaux, sépare les différents éléments, puis transforme les morceaux en béton liquide. Ce béton est ensuite moulé en blocs appelés “Q-Brixx.”

Avec 125 kg de gravats, le groupe indique qu’il peut construire un bloc Q-Brixx (utilisant 25 kg de débris) et renforcer les infrastructures de base, telles que solidifier les fondations de la maison pour la rendre parasismique. Le site Web du projet stipule que 750 blocs sont nécessaires pour la construction d’une maison.

Les blocs (mesurant 20x10x10 centimètres) sont semblables aux blocs LEGO, car ils sont empilables et peuvent être utilisés pour fabriquer différents types et tailles de maisons.

the mobile factory, débris, briques lego

“Si vous utilisez le système de pose de briques classique (ndlr: utilisé dans la maçonnerie), vous assemblez les blocs les uns aux autres d’une manière rigide, ce qui les rend fragiles dans une situation de tremblement de terre. Si vous empilez les briques au lieu de mettre du mortier entre, alors les blocs vont trembler plutôt que de casser lors d’un séisme”, a expliqué Steijn.

Une campagne de crowdfunding pour financer le projet

Le groupe mène actuellement une campagne de collecte de fonds en ligne et espère obtenir 400.000 $ de dons pour permettre à la petite ville de Petit Paradis de ressortir de terre. Seuls 4000 $ ont été collectés jusqu’à présent, mais il reste encore 23 jours pour atteindre l’objectif.

“Les futurs résidents de la communauté seront formés pour construire leurs propres maisons”, explique Joel Dresse , du consul de Belgique en Haïti, qui possède les 6000 mètres carrés de terrain où les maisons seront construites. “Ils sont excités parce qu’ils voient le potentiel, ils voient les plans,” a dit Joel Dresse, ajoutant que les plans de logement ont été révisés à plusieurs reprises pour tenir compte des besoins des populations locales.

Un tremblement de terre dévastateur a frappé Haïti en 2010, faisant plus de 230.000 morts, déplaçant 1,5 million de gens, et démolissant les maisons et les infrastructures de base. Le séisme a créé environ 10 millions de mètres cubes de débris, dont plus de 97% ont été enlevés des rues du pays, selon les Nations Unies .

Si le projet pilote est un succès, il pourrait y avoir de plus en plus de personnes souhaitant le même type de maison.

D’autres projets sont en cours, notamment au Nepal, qui a été frappé cette année par de terribles tremblements de terre .

the mobile factory, débris, briques lego

the mobile factory, débris, briques lego

the mobile factory, débris, briques lego

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici