Mort de Cecil le lion: le Zimbabwe veut faire extrader Walter Palmer

Walter Palmer, le dentiste américain responsable de la mort du lion le plus célèbre du Zimbabwe, Cecil, fait l’objet d’une demande d’extradition de la part du Zimbabwe, pour faire face à des accusations criminelles pour chasse illégale et pour la mort du lion.

Le quotidien Britannique The Guardian rapporte que la ministre du Zimbabwe pour l’environnement, l’eau et le climat, Oppah Muchinguri, a annoncé la demande d’extradition de Palmer dans une conférence de presse ce matin. Elle a déclaré que le procureur général du Zimbabwe avait entamé la procédure pour faire extrader le passionné de chasse à l’arc.

À lire aussi : La pétition réclamant justice pour Cecil le lion recueille des milliers de signatures

Selon Oppah Muchinguri, Walter Palmer avait quitté le pays pour les Etats-Unis avant que les autorités zimbabwéennes puissent l’arrêter.

“Près de 500.000 personnes réclament son extradition et nous avons besoin de ce soutien. Nous voulons qu’il soit jugé au Zimbabwe parce qu’il a violé nos lois.” Oppah Muchinguri

Pendant ce temps, une pétition à la Maison Blanche soutenant l’appel à l’extradition de Palmer a atteint le seuil permettant d’obtenir une réponse du gouvernement américain. En effet, aux Etats-Unis, le site internet de la Maison Blanche permet aux citoyens de créer des pétitions pour n’importe quel sujet, et un seuil de signatures est nécessaire pour garantir une action, ou du moins une “réponse” de l’administration. Pour recevoir une réponse, la pétition avait donc besoin de 100.000 signatures d’ici le 27 août.

Vendredi matin (31 juillet), la pétition comptait plus de 170.000 signatures, demandant au secrétaire d’Etat américain John Kerry et au procureur général américain Loretta Lynch de coopérer avec les autorités zimbabwéennes et d’extrader au plus vite Palmer.

Malgré les relations US-Zimbabwe tendues, les deux pays disposent d’un traité bilatéral d’extradition de 18 ans (PDF), obligeant les deux pays à extrader les personnes inculpées d’une infraction dans le pays requérant.

Que risque Walter Palmer ?

Selon la loi zimbabwéenne, l’abattage illégal d’un lion est une infraction passible d’une amende de 20.000 $ et jusqu’à 10 ans de prison.

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


1 COMMENTAIRE

  1. je suis d’accord avec le Zimbabwe ce salaud doit être extradé afin d’être jugé et puni !! c’est trop facile de s’en tirer comme ça !! il faut que les USA fassent e nécessaire !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici