La NASA a découvert une planète très semblable à la Terre

171
PARTAGER
kepler-452b, exoplanete, terre jumelle

Kepler-452b est la planète qui ressemble le plus à la Terre

Des chercheurs de la NASA ont annoncé avoir découvert ce qui est sans doute la planète la plus semblable à la Terre jusqu’à présent.

La planète, appelée Kepler-452b, se trouve à 1400 années-lumière de la Terre, mais son orbite est étonnamment similaire à celui notre propre planète. Elle est située à peu près aussi loin de l’étoile autour de laquelle elle orbite que la Terre l’est du Soleil. Cela place Kepler 452b au sein de la “zone habitable” de son étoile, la distance à laquelle une planète pourrait contenir de l’eau liquide et, par conséquent, la vie.

“Pour le 20ème anniversaire de la découverte prouvant l’existence de planètes en orbite autour d’autres soleils que le nôtre, l’explorateur d’exoplanètes Kepler a découvert une planète et l’étoile qui s’apparentent le plus à la Terre et le Soleil”, a déclaré John Grunsfeld, directeur des missions scientifiques de la NASA, dans un communiqué de presse . Il conclu :

Ce résultat passionnant est un pas de plus vers la découverte d’une Terre 2.0

Le soleil autour duquel Kepler-452b orbite est à la même température que notre propre soleil. L’orbite de la planète prend 385 jours. Jusqu’à maintenant, cette planète est ce que la Terre a de plus semblable, selon les astronomes. Une Terre jumelle en quelque sorte.

“Il est ô combien inspirant de considérer que cette planète a passé 6 milliards d’années dans la zone habitable de son étoile; plus que la Terre”, a déclaré Jon Jenkins, chef analyste de la mission Kepler et auteur principal du document décrivant la découverte de la planète. “C’est une chance substantielle pour que la vie se développe, si tant est que les ingrédients nécessaires soient réunis.”

kepler-152b, NASA

La première exoplanète confirmée, 51 Pegasi, a été découverte en 1995 par des astrophysiciens de l’Observatoire de Genève. Depuis, les astronomes ont confirmé plus de 1000 autres planètes en dehors de notre système solaire, dont beaucoup d’entre elles ont été considérées comme quelque peu similaires à la Terre.

Il y a six ans, la NASA a lancé le télescope spatial Kepler pour sonder la Voie Lactée à la recherche d’autres planètes comme la Terre. Kepler trouve les planètes en observant des étoiles dans un champ d’observation fixe. Ensuite, les analystes sur Terre examinent les données qu’il transmet pour voir lorsqu’un objet passe devant une étoile, provoquant un changement de luminosité. Une fois qu’ils confirment que l’objet est en effet une planète, les scientifiques peuvent en apprendre plus sur sa taille, la forme de son orbite, sa distance avec son étoile, et peuvent faire des suppositions éclairées au sujet de sa composition. Outre les 1000 exoplanètes confirmées, Kepler a trouvé plus de 3000 planètes candidates qui doivent encore être vérifiées.

Impossible de s’y rendre

Et cela n’est que dans une petite partie de notre propre galaxie. Il y a un nombre inimaginable de planètes ailleurs dans l’univers, mais elles sont, pour l’instant, trop éloignées pour être observées. Même les planètes au sein de la Voie Lactée, qui sont nos voisins immédiats en termes d’univers, sont extraordinairement lointaines. Kepler 438b est par exemple située à 475 années-lumière de distance. À titre de comparaison, New Horizons, un vaisseau spatial voyageant à environ 48.000 km/h a atteint Pluton en 9 ans , la planète naine étant située à moins d’un millième d’année-lumière de la Terre.

La recherche d’autres planètes comme la Terre sera grandement renforcée par le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS), qui devrait être lancé en 2017. TESS sera en mesure de surveiller une plus grande partie du ciel que Kepler n’en est capable.