Les Guignols de l’info menacés de disparaître, Vincent Bolloré conspué par le Web

146
PARTAGER
Les Guignols de l'Info menacés de disparaître de Canal Plus, PPDA

Vincent Bolloré impose ses changements à Canal + et cela ne plaît pas à tout le monde !

Ce qui n’était jusqu’à présent qu’une rumeur devient une polémique aussi chaude que la canicule qui sévit en France depuis quelques jours. D’après un article paru dans Metronews ce jeudi 2 juillet, les Guignols pourraient bien disparaître dans une décision qui devrait être entérinée ce vendredi 3 juillet auprès des actionnaires.

Après la rumeur, la confirmation

Il y a peu de temps encore, seule une rumeur circulait sur la fin d’une des émissions les plus emblématiques du PAF et de Canal +. Mais Metronews assène un coup de bambou qui n’a pas manqué de faire réagir bon nombre de fans et d’internautes : les Guignols ne reviendront pas à la rentrée de septembre 2015.

D’après une source venant de l’équipe des auteurs “Vincent Bolloré réunira les actionnaires du groupe, vendredi 3 juillet prochain pour entériner la décision”, évoquant également des contacts répétés entre le capitaine d’industrie milliardaire et des cadres salariés de Canal +. Une implication personnelle plutôt intrigante.

Cette même source explique également au quotidien gratuit que “à deux ans de la présidentielle, Vincent Bolloré va faire le grand ménage”. Ajoutons à cela que Bolloré ne semble guère apprécié l’humour de l’émission satirique : “Je préfère quand ils sont plus dans la découverte que dans la dérision. Parce que parfois, c’est un peu blessant ou désagréable. Se moquer de soi-même c’est bien. Se moquer des autres, c’est moins bien.” expliquait-il lors d’une interview sur France Inter en février. Une menace à peine voilée.

DSK en peignoir aux Guignols. Plus jamais ?

Twitter part en croisade contre Vincent Bolloré

À peine quelques heures après que la nouvelle tombe, les fans de l’émission – et plus généralement ceux défendant la liberté d’expression – n’ont pas manqué de faire savoir leur désapprobation commune. Sous le hashtag #TouchePasAuxGuignols , du plus parfait anonyme aux personnalités venants d’horizons opposés, nombreux sont ceux qui n’hésitent pas à défendre l’émission.

Parmi les défenseurs, on retrouve de nombreux politiques, certains faisant même la promotion d’une pétition pour défendre les Guignols, comme Claude Bartolone, le président de l’Assemblée Nationale, ou bien Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti Socialiste :

Certains twittos n’hésitent pas par ailleurs à faire le rapprochement entre Nicolas Sarkozy et Vincent Bolloré, à cause du propos de la source de Metronews et de l’histoire des vacances sur le yacht du milliardaire, au lendemain de la victoire aux présidentielles par l’ancien Président :

Certains soulignent également l’attitude cynique du PDG de Vivendi par rapport à la mort très récente du créateur des Guignols, Alain de Greef :

Enfin, d’autres font le rapprochement entre la décision de Bolloré par rapport aux événements survenus le 7 janvier de cette année dans les locaux de Charlie Hebdo :

Vincent Bolloré et les médias: une relation depuis longtemps tendue

Nombreux sont ceux qui font des suppositions suite à l’article de Metronews à propos de la suppression probable de l’émission, allant d’un grief personnel de Vincent Bolloré à l’encontre des Guignols à la théorie accusant Nicolas Sarkozy de préparer le terrain pour 2017. Si tout cela reste à confirmer, il est certains en revanche que Vincent Bolloré n’entretient pas des relations cordiales avec les médias et la presse depuis quelques années désormais.

La plus récente affaire fut initiée suite à un article du Monde datant d’octobre 2013, qui s’intitulait “Vincent Bolloré, un prédateur si bien élevé” . Ce dernier article commence sur un ton à la fois ironique et acide : “Portrait. Médias, voitures électriques, logistique… C’est à coups d’OPA agressives et d’investissements audacieux que le milliardaire breton a fait prospérer son héritage. Avec une méthode : l’absence de scrupule.

Un article qui a très fortement déplu à Vincent Bolloré, patron de l’agence de publicité Havas, dont l’un des clients n’est autre que le groupe Le Monde. En réaction à cet article, l’agence n’hésita pas à sucrer environs 3,2 millions d’euros de revenus publicitaires au premier quotidien de France durant l’année 2014 et 4 millions d’euros ensuite pour l’année 2015.

Auparavant, Bolloré attaqua en justice d’autres médias, tels que France Inter pour diffamation suite à l’émission “Cameroun : l’empire noir de Vincent Bolloré” , ou encore Rue89 suite à un article évoquant les activités du groupe Bolloré au Cameroun.

La disparition des Guignols, qui reste pour le moment incertaine, aura peut-être provoqué une chose positive, malgré la déception de nombreuses personnes: la crainte d’une censure croissante. Alors que l’année s’annonce sombre pour la liberté d’expression, allant des attentats du 7 janvier à la directive européenne mettant en place le secret des affaires, plus que jamais le web semble attentif et réactif à la moindre offensive contre la liberté de s’exprimer.

On vous laisse avec quelques tweets estampillés #TouchePasAuxGuignols :