Des drones au service de l’agriculture biologique

167
PARTAGER
Michael Godfrey, drone, agriculture biologique

La technologie des drones utilisée pour répandre des acariens bénéfiques à la récolte de maïs

Les drones sont partout de nos jours. Ils servent à tuer, surveiller, filmer, cartographier, planter des arbres … À présent, les voici capable de lutter contre les ravageurs dans les cultures.

Michael Godfrey, un étudiant en sciences agricoles à l’Université du Queensland , en Australie, a développé un engin volant qui répand un insecte bénéfique, l’acarien Neoseiulus Californicus. En envoyant les insectes sur un champ de cultures, l’étudiant affirme être en mesure de tuer d’autres insectes indésirables, et d’économiser beaucoup de temps et d’argent dans le processus.

“L’idée est d’utiliser les prédateurs naturels pour supprimer les ravageurs agricoles. Nous pouvons atténuer l’utilisation de produits chimiques, qui est non seulement néfaste pour l’environnement, mais aussi coûteuse,” a-t-il indiqué.

Michael Godfrey, drone, agriculture biologique

Crédit photo: Ausveg and Vegetables Australia

Le drone est un Hexacopter de 2,5 kg piles comprises. Il dispose d’un boîtier avec un petit moteur raccordé à un spinner qui répand les acariens sur les cultures. Michael Godfrey, qui est le premier à avoir développé le concept dans le cadre de son projet d’études d’été, trace l’itinéraire du drone en utilisant le logiciel gratuit Mission Planner.

“Étaler les insectes autour d’un champ de cinq hectares prend beaucoup de temps et est ennuyeux. Le drone peut couvrir un champ de cette taille en moins de 15 minutes,” dit-il.

Michael Godfrey effectue actuellement des tests dans une ferme près du campus de l’université situé près de la ville de Gatton (Queensland). Il a fixé une caméra infrarouge au-dessous du drone afin de comparer les champs qui ont été traités avec les insectes et ceux qui ne l’ont pas été. Si les champs ayant bénéficié de l’aide des drones présentent une meilleure récolte, il saura que sa méthode fonctionne.

À lire aussi : Monsanto tremble après la découverte d’un champignon tueur d’insectes