Voyager dans l’espace serait dangereux pour le cerveau des astronautes

88
PARTAGER
Voyage espace probleme cerveau sante mars

Voyager vers Mars ne sera pas aussi simple qu’on l’espère

Voyager vers Mars, on le sait, ne sera pas faisable avant plusieurs années, voire plusieurs décennies. De récentes recherches cependant ne cessent d’être initiées afin de développer des solutions pour des voyages spatiaux de longue durée, comme placer les astronautes dans une forme de stase  et réduire ainsi les dangers d’un confinement prolongé.

Mais de nouveaux problèmes semblent entraver l’hypothèse d’un voyage spatial de longue durée vers Mars. Et parmi ces problèmes apparaît l’exposition prolongée aux radiations cosmiques qui serait nocive pour le cerveau des astronautes.

Une inflammation du cerveau et la dégradation des capacités cognitives

Alors que les agences spatiales cherchent des solutions pour un jour se rendre sur Mars, une étude parue dansScience Advances , menée par l’université de Californie et l’université du Nevada, développe l’hypothèse qu’un voyage de plusieurs mois aurait des effets négatifs sur le système nerveux central des astronautes. La cause : les radiations cosmiques.

Ces radiations de sources solaires sont présentes sur Terre, mais elles ne constituent pas un danger, ne participant que modestement à la radioactivité naturelle de notre planète. Dans l’espace cependant, l’absence de champ magnétique et d’atmosphère accroît l’exposition aux radiations avec des risques potentiellement néfastes sur la santé. Et parmi ces risques, l’étude souligne le rôle de ces radiations dans l’inflammation des cellules nerveuses, altérant les signaux entre les neurones.

Si durant les premières semaines, cette exposition ne semble pas induire d’effet particulier, les chercheurs ont cependant observé grâce à des scanners cérébraux qu’au bout de six semaines, les souris possédaient moins de synapses dendritiques, œuvrant dans la transmission des signaux électrochimiques du cerveau. Et les conséquences ne sont pas anodines : des signes de déficience cognitive sont observés, affectant notamment la mémoire et les capacités d’apprentissage.

Un nouveau défi pour les agences spatiales

Pourquoi cette étude pose problème ? Outre les effets négatifs sur la santé des astronautes, une altération des capacités cognitives pose le problème de la pérennité d’une éventuelle mission vers Mars.

En effet, vivre dans un environnement extrêmement hostile comme l’espace exige des astronautes de disposer pleinement de leurs facultés à analyser d’éventuels problèmes et de pouvoir exécuter des travaux de recherches. De plus, si les radiations impliquent un accroissement de l’anxiété comme le souligne l’étude, la santé mentale des astronautes pourrait compromettre leur sécurité.

Cependant, cette étude semble déjà subir quelques critiques. D’après la Mars Society, une organisation internationale faisant la promotion de la conquête spatiale vers Mars, les résultats de l’étude reposent sur des expériences dont les taux utilisés seraient largement supérieurs – un million de fois plus important – à ceux connus dans l’espace.

Une affirmation qui n’écarte pas cependant la question de la sécurité et de la santé des astronautes et que la NASA devra prendre en compte dans ses ambitions d’envoyer un jour les premiers hommes sur la planète rouge.

Source : The Wall Street Journal . Crédit photo principale : Wikimedia – NASA/Pat Rawlings