Fumeurs: Seriez-vous prêt à payer 13€ votre paquet de cigarettes ?

50
0
PARTAGER
Paquet de cigarettes, cout du tabac pour la societé en France

Un cabinet de conseil en économie fixe le “juste prix” du paquet de cigarettes à 13,07 euros

Selon le cabinet de conseil Microeconomix , le coût du tabagisme pour la société en France s’élèverait à environ 15 milliards d’euros par an. C’est une information qui ne devrait pas ravir les fumeurs… En effet, ce cabinet juge que le prix “socialement responsable” d’un paquet de cigarettes serait de 13,07 euros ! C’est près du double du prix actuel d’un paquet (environ 7€)…

A lire aussi : Prix du paquet de cigarettes dans le monde

“Les fumeurs doivent payer le vrai coût qu’ils imposent à la société”

Pas sûr que les 16 millions de fumeurs français voient d’un très bon œil le passage du prix du paquet à 13 euros, mais les deux économistes du cabinet Microeconomix s’appuient sur des chiffres concrets de l’économie et se justifient clairement. Pour calculer le “juste prix” d’un paquet de cigarettes, ils ont additionné les dépenses de santé imputables au tabac, les impôts non-encaissés du fait des décès prématurés des fumeurs, et les dépenses de prévention et de recherche. Il y a cependant un problème : du fait des taxes encaissées par l’Etat et des retraites non-payées, le gain pour la société s’élève toujours à un milliard d’euros (document ci-dessous).

Coût du tabac pour la France

Crédit photo: Microeconomix

Le chiffre est trompeur, car la consommation de tabac induit également des coûts pour l’ensemble de la société. Il faut donc les inclure au calcul :

au passif, on a 16,3 milliards d’euros de dépenses de santé (y compris la prévention et la recherche) que coûtent les fumeurs à la Sécu. Il faut ajouter à cela 3,3 milliards d’euros d’impôts non encaissés par l’État suite au décès prématuré des fumeurs, ainsi que les 16 milliards d’euros de pertes de production pour les entreprises (pauses cigarettes, arrêts maladie, décès…). Si l’on prend tout cela en compte, l’impact négatif se chiffre à 35,6 milliards d’euros.

A l’actif imputable au tabac (ou “bénéfices”), on peut prendre en compte les 14 milliards de taxes encaissées (dont la TVA) auxquels s’ajoutent 6,6 milliards de versements de retraites évitées dues à la mortalité précoce des fumeurs.

Résultat des courses : 15 milliards d’euros de déficit. C’est donc ce coût qui serait compensé par un prix du paquet à 13,07 euros, soit une augmentation de 87% par rapport à celui pratiqué actuellement.

Comme l’indique le cabinet de conseil, “notre principe serait basé sur l’idée du pollueur-payeur”. Microeconomix explique que cette méthode permettrait par ailleurs à l’État de fixer un prix incontestable :

Aujourd’hui, celui-ci est calculé pour ne fâcher ni les fumeurs, ni les buralistes, tout en envoyant un signal aux associations antitabac.

Le gouvernement risque peu de suivre un jour cette méthode de calcul puisque en fin d’année dernière, face à la fronde des buralistes et des fumeurs, un amendement proposant que la hausse de la fiscalité sur les cigarettes ne soit plus automatique, comme c’était le cas depuis 2010, a été voté. Résultat: aucune hausse des prix du tabac n’était prévue cette année.

Sans préconiser une telle hausse des prix, certains députés, dont l’ancienne ministre socialiste Michèle Delaunay, ont déposé courant octobre un amendement au projet de loi santé visant à comptabiliser le coût social du tabagisme dans le but de fixer le niveau des taxes prélevées sur les ventes de tabac. Cette étude devrait donc appuyer le projet des parlementaires.

Tabac, cigarette, fumeur

Crédit photo: Pixabay – tatlin

Un coût social général à 15,69€ le paquet ?

Microeconomix note que le coût social pourrait être encore plus élevé si l’on intégrait à celui-ci la perte de revenus que subissent les fumeurs du fait de leur consommation :

“Cette variante se justifie si l’on considère que le fumeur, du fait de son addiction ou de son absence d’information, n’intègre pas dans sa décision de consommation les conséquences de son acte en termes de pertes de revenus futurs. Le fumeur malade est alors considéré comme un « autre » que celui qui a fait le choix de consommer du tabac, ce qui justifie la prise en compte de ses pertes comme des coûts externes. Pour envoyer aux fumeurs un signal-prix à hauteur de ce dernier coût social, le prix du paquet socialement responsable atteindrait 15,69 € (soit une hausse de 124 %). Le graphique ci-dessous représente les différents niveaux de tarification d’un paquet de cigarettes, en fonction du périmètre retenu pour le calcul du coût social.”

Sources : Microeconomix , L’Obs , Les Echos , Le Figaro , L’Express . Crédit image principale : Pixabay – joan202360

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz