Accueil La Newsly Room Economie Comment Pokémon Go dynamise l’économie locale

Comment Pokémon Go dynamise l’économie locale

53
0
PARTAGER
Pokémon Go, économie locale

Le phénomène Pokémon Go n’est pas arrivé officiellement en France que tout le monde y joue, et son impact économique dans le pays a tout pour être bien réel.

Personne n’a échappé à la déferlante Pokémon Go , le jeu phénomène du moment qui, en l’espace de seulement deux semaines, a réussi à comptabiliser plus d’utilisateurs quotidiens que Twitter, vieux de 10 ans. On n’entend parler que de Pokémon, et les gens dans la rue ne marchent plus sans l’application Pokémon Go ouverte (qui devrait officiellement être lancée en France cette semaine), pour être sûrs de ne rater aucun Pokémon sur leur chemin.

Si pour certains la folie Pokémon Go va retomber comme un soufflet d’ici quelques mois, le plus gros jeu mobile jamais conçu est une aubaine pour les petits commerçants locaux. On a tenté de percer le potentiel des créatures au-delà de leur aspect virtuel.

Joueurs Pokémon Go dans la rue

Des joueurs de Pokémon Go rassemblés dans un parc à Anchorage, en Alaska – Crédit photo: Wikimedia – Roger Lew

Pourquoi Pokémon Go est une bonne nouvelle pour l’économie locale ?

Notre constat n’est pas si sorcier que cela: prenez un(e) “geek”, la vingtaine ou un peu plus, qui a été bercé(e) par le jeu Pokémon au début des années 2000. Nintendo et Niantics Labs, les développeurs du jeu Pokémon Go, n’ont fait que réactiver la magie de l’époque en la couplant avec les technologies d’aujourd’hui avec notamment la réalité augmentée.

Résultat, notre geek de 25 ans, et qui a aujourd’hui un smartphone capable d’accueillir cette technologie, a toutes les raisons de jouer à Pokémon Go. Et le succès du jeu en France avant même la sortie officielle sur les stores applicatifs ne fait que confirmer ce constat (À lire: comment télécharger Pokémon Go sur iPhone et smartphones Android avant la sortie officielle). Mais qu’est ce que ce jeu a de plus que les autres n’ont pas ?

“Les gens sortent et consomment”

Vous l’aurez compris, ce qui fait toute la différence avec Pokémon GO, c’est le fait de devoir sortir de chez soi pour jouer. Outre le fait d’avoir un impact positif sur la santé, car obligeant les joueurs à marcher plusieurs kilomètres pour évoluer dans le jeu, Pokémon GO a de ce fait un impact certain sur l’économie locale.

Plutôt que de que rester cloîtrés chez eux à dîner seul ou regarder des séries sur Netflix, les utilisateurs vont être tentés de sortir seuls ou entre amis pour aller chasser des Pokémons. C’est une bonne excuse pour jouer et qui n’est pas sans conséquence sur le mode de vie des joueurs et de ce fait, sur l’économie. Un groupe d’amis va davantage être susceptible d’aller boire un verre après une “séance” de chasse de petites créatures par exemple…

Arènes et Pokéstops, lieux de rassemblement et leviers économiques

Les développeurs de Pokémon Go n’avaient certainement pas prévu un tel succès pour leur jeu, mais avaient à coup sûr déjà envisagé le potentiel des points d’intérêts (Pokéstops) qui parsèment les rues de chaque ville du monde.

Des arènes (pour combattre d’autres dresseurs) ou des Pokéstops (endroits où récupérer des objets) parsèment le jeu dans des lieux physiques comme des places, des statues, des monuments célèbres ou encore des œuvres d’art dans votre ville ou votre quartier. Ces lieux d’intérêt sont souvent positionnés à côté de commerces et encouragent les joueurs à consommer étant donné qu’ils passent devant régulièrement.

Arènes dans Pokémon Go

Une arène dans le jeu original de Pokémon

Notez que Niantics Labs permet de créer une arène ou un Pokéstop via un formulaire, ce qui pourrait permettre à un commerce de gagner en visibilité grâce à Pokémon Go. En effet, les Pokéstops et les arènes à créer ne peuvent être généralement placés qu’à proximité de commerces et de lieux publics ceci afin d’éviter que ces points d’intérêts pour le jeu ne soient situés dans des zones d’habituation isolées et envahies par les dresseurs (le formulaire permet également de signaler des marqueurs nuisibles).

Comment les commerces vont profiter de Pokémon GO ?

Les lieux d’intérêt drainent donc un trafic de piétons qui recherchent des Pokémons ou qui veulent faire éclore leurs oeufs rapidement. Les commerces les plus réactifs ont bien compris le potentiel apporté sur un plateau par Pokémon GO.

Dans le jeu, il existe un objet appelé Module Leurre qui peut être placé à un Pokéstop dans le but d’attirer des Pokémons sur cet emplacement. Son effet est de trente minutes, mais le module leurre peut être vu par tous les autres joueurs, offrant à chacun la chance d’en profiter: cela signifie que les joueurs sont attirés vers le Pokéstop aussi rapidement que les Pokémons.

Pokémon Go, module leurre

Un module leurre activé proche d’un joueur

Regardons maintenant le prix abordable d’un module leurre . Faisons le calcul ensemble: Avec 100 €, vous faites l’acquisition de 14.500 Pokepièces, la monnaie du jeu, et un pack de huit modules leurres coûte 680 Pokepièces:

14.500 Pokepièces / 680 = 21 packs de 8 modules leurres
(21*8)/2 = 84 heures
100 €/84 heures = 1,19 € par heure

Grâce à un petit investissement, vous pourriez propulser très rapidement la fréquentation de joueurs de Pokémon GO devant votre restaurant ou votre boutique. Bloomberg rapporte par exemple qu’une pizzeria proche de New York a dépensé 10$ dans des modules leurres et a vu une hausse de ses ventes de 30% presque immédiatement.

Les commerces qui ont des arènes proches de leur emplacement trouvent d’autres façons d’en profiter également, notamment en offrant des remises ou des avantages spéciaux aux joueurs. Souvent ce sont les enseignes de restauration qui en profitent le plus. Aux Etats-Unis, la chaîne de restaurants Zoës Kitchen a déjà décidé d’offrir des cartes cadeaux de 25$ aux dresseurs parvenant à capturer un Pokémon dans leurs locaux, explique Munchies . Le marché pourrait bien se développer aussi en France.

“J’ai eu une discussion intéressante dans un bar/restaurant situé entre deux Pokéstops dont le business a augmenté de 10% depuis la sortie de Pokémon Go.”

Tout dernièrement, on a appris la signature du premier partenariat commercial d’ampleur pour l’application de Niantic. Selon le site TechCrunch , environ 3000 restaurants McDonald’s devraient être identifiés au sein de l’application comme des Pokéstops et des Arènes. Il s’agira en quelque sorte de “lieux sponsorisés” où les utilisateurs viendront jouer avec la tentation de commander un menu ou un gâteau dans le fast-food.

Si vous êtes un commerçant et n’avez pas encore saisi le potentiel de Pokémon Go pour votre business, regardez dans la rue et comptez les personnes avec les yeux rivés sur leur smartphone: il y a de fortes chances qu’elles soient en train de capturer un Roucool ou un Salamèche.

Pokémon Go peut également dynamiser le tourisme

Les musées et les offices du tourisme ont eux aussi commencé à exploiter le phénomène Pokémon GO dans le but d’attirer des visiteurs dans leurs villes et établissements. Du fait de leur caractère historique ou insolite, les musées mettent en avant le fait que des Pokémons se trouvent dans leurs murs. Les joueurs sont alors tentés d’y venir, faisant ainsi d’une pierre deux coups: la visite du musée et la chasse aux Pokémons. C’est notamment le cas du Musée d’Histoire Naturelle de Lille:

“Aujourd’hui à midi, nous activeront un leurre au Musée Bolo [à Lausanne, en Suisse NDLR]. Bonne chasse !”

Le côté obscur de Pokémon GO dans l’économie

Si l’impact de Pokémon Go sur l’économie locale est indéniable, il est important de noter un point noir au beau tableau qu’on a voulu dresser.

Selon les analystes de Think Gaming , Pokémon GO rapporterait à ses créateurs 1,8 million de dollars par jour. Tout cet argent tombe tout droit dans les poches des grandes entreprises mondiales basées au Japon et en Californie et qui ont créé Pokémon GO.

Le phénomène n’est pas nouveau: Amazon a changé l’industrie de la vente au détail, en s’attirant les bénéfices au détriment des commerçants locaux du monde entier et en aspirant l’argent dans son siège social à Seattle. Des entreprises comme Google ou Facebook amassent les dollars de la publicité qui allaient auparavant aux chaînes de télévision et aux journaux locaux. Encore un mastodonte de plus qui creuse les inégalités dans le monde et concentre les richesses dans les poches d’une petite minorité.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz