Accueil Economie Glyphosate : Bayer aurait essayé de stopper les poursuites aidé de 8...

Glyphosate : Bayer aurait essayé de stopper les poursuites aidé de 8 milliards de dollars

98
Le RoundUp - Crédits photo : Flickr

L’Europe est depuis quelques mois entré en guerre contre le glyphosate. Une substance présente dans les herbicides, notamment le RoundUp le plus réputé d’entre-eux. Ce glyphosate serait responsable de diverses conséquences plus ou moins graves. Parmi lesquels des cancers mortels. Alors que l’étau se resserre autour de son fabricant Bayer aurait décidé d’essayer de soudoyer les plaignants et juges à hauteur de 8 milliards de dollars pour stopper les poursuites.

Le glyphosate, un enjeu continental désormais

Surtout connu sous l’appellation RoundUp, le glyphosate est une substance controversée originaire des USA et désormais propriété du groupe allemand pharmaceutique Bayer. Si au début des années 90 il fut accueilli par les utilisateurs comme LA solution aux herbes rebelles de son jardin l’enchantement finit par perdre de son charisme au lendemain des premières accusations de cancers, chez des personnes ayant longtemps été exposées au glyphosate.

Le RoundUp – Crédits photo : Flickr

L’Europe qui a elle-même autorisé la commercialisation de la molécule sur son sol réfléchit à des contre-mesures depuis quelques mois. Cependant, seules des initiatives telles que celle de l’Autriche, interdisant la commercialisation et l’usage du glyphosate sur son sol, ont eu de réels échos. Désormais empêtré dans un vaste scandale + plaintes à profusion Bayer aurait essayé d’enterrer le dossier à hauteur de 8 milliards de dollars. Soit un peu plus de 7,5 milliards d’euros.

Bayer nie tout en bloc

La firme pharmaceutique d’origine allemande a démenti avoir proposé 8 milliards de dollars à 18 400 plaignants afin de stopper les poursuites aux États-Unis.

Des conséquences désastreuses pour l’entreprise

Bayer qui a longtemps nié en bloc les méfaits de son glyphosate sur la santé a connu des heures sombres depuis le début de l’affaire. Surtout aux USA. Le marché a depuis lors sanctionné le groupe pharmaceutique dont l’action en bourse a perdu plus du tiers de sa valeur. Ce qui concrètement signifie que la firme a perdu 30 milliards de dollars, en l’espace de 6 mois.