The Man In The High Castle : et si c’était elle, la série à suivre en 2015 ?

Modifié le

The Man in the High Castle, Série saison 1

L’adaptation du Maître du Haut-Château, chef-d’oeuvre de science-fiction de Philip K. Dick, sort un pilote convaincant

Publicité

Pour les retardataires, le pilote de la nouvelle série produite par l’ogre Amazon (via Amazon Studios) The Man in The High Castle est tout simplement énorme. Si le titre ne vous évoque rien, c’est celui d’une nouvelle, ou plutôt un chef d’œuvre du prolifique écrivain Philipp K. Dick (Le Maître du Haut Château, 1962), auteur notamment des livres ayant inspirés Blade Runner et Minority Report (avec Les Androïdes Rêvent-Ils de Moutons Électriques ?, 1968 et Minority Report, 1958), entre autres… Et il est peu dire que le projet est entre de bonnes mains puisque Ridley Scott, le réalisateur de Blade Runner, collabore avec Frank Spotnitz, que vous connaissez pour avoir écrit de nombreux épisodes d’X-Files.

La science-fiction est au cœur de la série, une science-fiction qui revient à son essence même; imaginer quel serait notre monde si lors l’issue d’un événement majeur avait changé. Par cette voie, il est plus facile pour le spectateur de s’approprier l’époque et l’espace et encore plus de se projeter dans ce monde finalement si proche de nous. La série The Man In The High Castle envisage un dessein différent à la seconde guerre mondiale: un assassinat réussi, en l’occurrence celui du président américain Roosevelt, Stalingrad qui tombe et finalement le Reich allemand se partage le monde avec son allié le Japon.

Une dystopie si familière

Philipp K. Dick aussi, avait imaginé un monde dirigé par les nazis, où l’esclavage aurait été rétabli dans le sud des Etats-Unis, où les nazis envisagerait d’exterminer les Africains, mais comme dans la série, l’horreur ne provient pas d’une violence crue et absurde mais du sentiment que tout cela est réel. Ici pas de scènes de tortures insoutenables, de super-méchants aux projets diaboliques, ni même d’images de territoires sous le joug de la répression nazi, mais des personnages pertinents vacant à leurs occupations quotidiennes comme nous le faisons tous, tous les jours. Chacun a ses tracas, ses obligations, s’adapte à l’injustice permanente, et malgré cela continue de faire comme si les exactions ne frappaient plus l’autre bout du monde, leur pays ou leur voisin.

Le pilote nous présente deux protagonistes, Joe Blake nouvelle recrue de la résistance et Juliana Crain, une passionnée de culture japonaise, qui découvre un film de propagande montrant les Alliés victorieux, une scène intense capturant la tension et les émotions de l’univers de Dick. Ce film n’est autre qu’une création de The Man In The High Castle, l’homme à l’origine de la résistance, une intrigue lancée aux termes d’un premier épisode qui en appelle d’autres.

Publicité
Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également Newsly gratuitement sur votre boite mail et votre Smartphone: