Les Syriens surfent sur le phénomène Pokémon Go pour appeler à l’aide

Modifié le

Enfants Syrie, Pokémon GO

Des enfants syriens ont fait une référence émouvante à Pokémon Go pour attirer l’attention des médias et du monde vers leur sort et la situation de leur pays.

Publicité

Après plus de cinq années de guerre, les Syriens tentent par tous les moyens d’attirer l’attention sur les conflits dans leur pays. Tout dernièrement, des enfants ont appelé à l’aide en se servant du phénomène Pokémon Go.

Une page Facebook gérée par le service de communication de la RFS (les forces révolutionnaires de Syrie, opposées à Bachar-al-Assad), a mis en ligne mercredi des photos montrant de jeunes enfants syriens de la région d’Idleb, dans le nord de la Syrie. Ceux-ci tiennent des feuilles de papier sur lesquelles on trouve des dessins de Pokémon, avec un texte appelant les gens à les sauver.

« Je suis à Kafr Nabl dans la province d’Idleb, venez me sauver » dit l’un des dessins. « Je suis à Kafr Nabudah près d’Idleb, venez me sauver. » peut-on lire sur un autre.

Les images ont également été diffusées par d’autres comptes Twitter et Facebook affiliés à l’opposition, qui combattent le président syrien Bachar al-Assad et son régime depuis 2011. Depuis le début du conflit, la guerre civile en Syrie aurait déjà fait au moins 260.000 morts. Un rapport d’un think tank indiquait quant à lui en janvier 2016 que la guerre aurait fait au moins 470.000 morts en 5 ans.

« Je ne pensais que nous devions nous servir d’un jeu pour avoir l’attention du monde », écrit le compte Twitter ci-dessous.

Comme expliqué, ces dessins visaient à attirer l’attention sur la situation dans les environs d’Idleb, une ville tenue par les rebelles dans le nord la Syrie qui a été frappée lourdement par des frappes aériennes du régime syrien. Mercredi, le même jour où les images des enfants ont été diffusées, Sky News Arabia a rapporté que plus de 50 personnes ont été tuées par des frappes aériennes dans la ville au cours des dernières 24 heures.

L’UNICEF a déclaré qu’elle estimait à 35.000 le nombre d’enfants piégés dans et autour de la ville syrienne de Manbij, à environ 160 kilomètres au nord-est d’Idleb. « Au cours des six dernières semaines, et alors que la violence s’est intensifiée, plus de 2300 personnes auraient été tuées dans la région, parmi lesquelles des dizaines d’enfants, » a déclaré l’UNICEF dans un communiqué.

Les syriens s’aident de Pokémon Go pour parler de la situation dans leur pays

Dans une autre initiative inspirée de Pokémon Go et visant à capter l’attention, l’artiste syrien Saif Aldeen Tahhan a posté des images la semaine dernière sur son compte Facebook montrant six images de PokéBalls représentées avec des symboles de ce que les Syriens ont besoin après des années de guerre: des maisons, des trousses de premiers soins, des livres scolaires et des bouées de sauvetage pour les réfugiés syriens.

« Le monde n’a d’yeux que pour ce jeu, et je me suis dit, pourquoi ne pas montrer notre souffrance ? » a déclaré Tahhan à Al Arabiya. « Ils cherchent des Pokémon, mais le peuple syrien cherchent comment survivre actuellement. » Cet artiste a quitté la Syrie pour le Danemark il y a un an et demi.

A voir aussi dans la rubrique Géopolitique
Répondre
  1. Excellente idée pour nous démontrer comment les enfants sont pris en otage dans ces pays, cela me touche beaucoup car ils n’ont rien demandé ces enfants-là !!!! Ils ne veulent pas faire la guerre mais bien vivre surtout leur enfance, leur adolescence en sainte PAIX !!!!!

Laisser un commentaire

Retrouvez également Newsly gratuitement sur votre boite mail et votre Smartphone: